Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
26/05/2009 - 18:36

Aung San Suu Kyi nie les accusations lors de son procès

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a nié ce mardi avoir enfreint les règles de son assignation à résidence, ajoutant avoir accordé seulement un "abri temporaire" à un Américain qui s'est invité chez elle début mai après avoir traversé un lac à la nage, selon des journalistes.



Mme Suu Kyi, 63 ans, lauréate du prix Nobel de la paix, était appelée à la barre pour la première fois depuis le début de son procès le 18 mai dans la prison d'Insein, au nord de Rangoun.

Lorsqu'un juge lui a demandé si elle reconnaissait avoir violé les restrictions liées à son assignation à résidence, l'opposante a répondu: "Je n'ai pas (enfreint ces règles)".

Aung San Suu Kyi est formellement accusée d'avoir hébergé les 4 et 5 mai un mormon américain de 53 ans, John Yettaw, qui avait, dans des circonstances mystérieuses, réussi à gagner à la nage sa demeure, située au bord du lac Inya, à Rangoun.

"Je n'ai pas eu connaissance immédiatement (de la visite de M. Yettaw). J'en ai été informée à 05H00 du matin. Mon assistante m'a dit qu'un homme était arrivé", a-t-elle déclaré devant la Cour, selon des journalistes. En réponse à une autre question, Mme Suu Kyi a dit qu'elle n'avait "pas informé" les autorités de l'intrusion de cet Américain.

Comme on lui demandait de confirmer des informations selon lesquelles elle avait donné à M. Yettaw de la nourriture et qu'elle l'avait autorisé à rester chez elle, l'opposante a répondu: "Je lui ai permis d'avoir un abri temporaire".

Mme Suu Kyi risque de trois à cinq de prison si elle est condamnée pour cette rocambolesque affaire. Assignée à résidence depuis 2003, elle a été privée de liberté au total pendant plus de 13 des 19 dernières années.

De nombreux pays occidentaux ont qualifié le procès de Mme Suu Kyi de "farce" visant à justifier son maintien en détention, alors que le régime militaire entend organiser des élections controversées en 2010 et qu'il considère l'opposante comme une menace.


Source: L'Express via Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces