Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Amériques
23/02/2009 - 14:28

Carnaval de Rio: Place à la fête sans retenue!

Rio de Janeiro- Des dizaines de milliers de Cariocas et de touristes ont assisté hier dimanche soir aux premiers défilés fastueux du carnaval de Rio pour oublier, l'espace de quelques folles heures, la crise et la violence.



L'école de samba Imperio Serrano a ouvert à 21h20 (00h20 GMT), dans une explosion de sons et de couleurs, la première nuit des défilés sur le thème des mystères de la mer. Les défilés ne devaient s'achever qu'au lever du soleil lundi matin.

Premier président brésilien à se rendre au carnaval depuis 1994, Luiz Inacio Lula da Silva devait assister à cette première nuit des défilés pour voir son école préférée, la célèbre Beija-Flor, bi-championne en titre.

Aux abords du sambodrome, les immenses chars allégoriques attendaient de défiler, avec les milliers de danseurs aux vêtements somptueux ou de danseuses juste couvertes de quelques centimètres de tissu.

La tension est toujours très vive car il s'agit d'une compétition - pour remporter le titre convoité de "championne du Carnaval" - avec ses règles très strictes et ses notes implacables sur dix critères (costumes, rythme, originalité des thèmes, évolution des danseurs...).

Le défilé dure 82 minutes précises - deux minutes de plus que les années précédentes - sur la Marques de Sapucai, l'avenue de 700 mètres bordée de tribunes qui traverse le Sambodrome construit par l'architecte Oscar Niemeyer, il y a 25 ans. Chaque école réunit de 3.000 à 5.000 danseurs.

La compétition a opposé dimanche soir six des douze formations qui forment l'élite des écoles de samba. Celles-ci, nées dans les favelas, sont soutenues par leurs habitants avec la même passion que les grands clubs de football.

Lundi soir, les six autres principales écoles défileront à leur tour. Le vainqueur sera désigné mercredi.

Alors que la crise a obligé la plupart des écoles à serrer leur budget, seule Grande Rio n'a pas eu ce souci. Dotée de 3 millions de dollars grâce au parrainage de seize entreprises françaises en cette année de la France au Brésil, elle devait présenter les fastes de la cour de Versailles et le cabaret parisien du Moulin Rouge dont une trentaine de danseuses apporteront une touche de french cancan dans ce temple de la samba.

En recevant les clés symboliques de la ville des mains du maire vendredi, coup d'envoi officiel des festivités, le roi Momo de 125 kilos, symbole de tous les excès du carnaval, a donné l'ordre de "s'amuser sans retenue!".

La population ne s'est pas fait prier, désireuse d'oublier un temps la crise économique et les licenciements massifs tout comme la violence endémique dans les favelas.

Car si les défilés des écoles de samba sont l'apogée de la fête, le carnaval a déjà envahi les rues.

Samedi matin, plus de 500.000 fêtards du traditionnel "bloco" (association de quartier) Cordao da Bola Preta ont pris d'assaut en chantant et dansant pendant des heures le centre-ville. Dans l'après-midi, c'est la "Banda d'Ipanema", réputée pour ses travestis, qui a donné le ton dans ce quartier résidentiel.

Prévoyant, le gouvernement a distribué gratuitement dans tout le pays 59 millions de préservatifs.

Le nouveau maire de Rio, Eduardo Paes, a déclaré vendredi que Rio était "la meilleure ville du monde pour s'amuser pendant le carnaval", cherchant à rassurer après qu'une centaine de touristes étrangers ont été agressés et dévalisés ces derniers jours.

Les autorités ont mobilisé 9.800 policiers pour assurer la sécurité pendant le carnaval.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK