Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
L'Economie en temps réel et en continu
11/11/2009 - 16:12

Déficit : Paris prêt au bras de fer avec Bruxelles

Sur la question des déficits, le couple franco-allemand ne parle pas tout à fait d'une seule voix. Alors que l'Allemagne adopte une attitude vertueuse face aux injonctions de Bruxelles, la France se dirige vers un bras de fer en contestant les dates butoirs fixées par la Commission pour restaurer ses finances publiques.



Dans un document publié ce mercredi, la Commission européenne demande aux deux pays de ramener d'ici à 2013 leurs déficits dans la limite des 3% du PIB prévus par le pacte de stabilité. Réponse immédiate de Wolfgang Schäuble : « Réduire les déficits entre 2011 et 2013 correspond exactement à nos idées .» Le nouveau ministre allemand des Finances s'est attiré les louanges du commissaire aux affaires économiques Joaquin Almunia, qui a salué lundi son « réel engagement pour le pacte de stabilité ».

Côté français, la réaction a été beaucoup plus fraîche, avec un tir groupé mardi pour contester le calendrier de Bruxelles. Passer sous la barre des 3% dès 2013 ? « Très difficile » pour le ministre du Budget Éric Woerth, « fort peu réaliste » selon sa collègue de l'économie Christine Lagarde.

La France est actuellement « en discussions » avec la Commission et comme le gouvernement refuse d'augmenter les impôts, « il me semble difficile d'arriver en 2013 en dessous de 3% », a ajouté la ministre française. L'objectif français, tel que fixé par le premier ministre François Fillon la semaine dernière, est bien de revenir sous la barre des 3%, mais en 2014 seulement. Certes, les deux pays ne partent pas du même niveau : même si l'Allemagne a connu une récession plus sévère, elle accusait avant la crise une dette publique moins lourde que la France ; et son déficit ne devrait atteindre «que» 5% du PIB en 2010, contre plus de 8% en France, selon les prévisions de la Commission.

Le bras de fer qui se profile côté français risque de prodigieusement agacer à Bruxelles, qui accorde déjà un délai d'un an à Paris en reportant à ... lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Source: Le Figaro via Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK

Petites annonces