Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Amériques
30/03/2009 - 15:13

Démission du PDG de General Motors à la demande d'Obama

Le président Barack Obama a demandé au patron du constructeur automobile américain General Motors (GM) de démissionner, ce que le responsable a accepté.



Rick Wagoner, le PDG du constructeur automobile américain General Motors démissionne de son poste à l'injonction du président américain Barack Obama, qui doit dévoiler lundi son plan de sauvetage de l'industrie automobile des Etats-Unis, écrivent plusieurs journaux hier.

La nouvelle "n'a pas été confirmée par la société, mais un communiqué sur l'avenir de M. Wagoner sera publié après le discours de M. Obama"".

"Obama et le nouveau gouvernement ont dit qu'ils allaient exiger des restructurations plus fortes de la part de General Motors et Chrysler avant que ceux-ci reçoivent le moindre prêt gouvernemental supplémentaire".

A la tête de GM depuis huit ans, M. Wagoner est pour beaucoup le symbole d'une direction qui n'est pas parvenue à adapter le premier constructeur automobile américain à la réalité de l'époque, et notamment aux attentes d'Amricains de plus en plus demandeurs de voiture plus petites et moins gourmandes en carburant.

Les syndicats qui lui ont mené la vie dure pendant des années avaient commencé à trouver en lui un allié ces derniers mois quand ils étaient venu plaider ensemble à Washington pour que l'Etat vienne au secours de groupe.

"Il n'y a pour l'instant aucune indication sur la personne qui prendrait la tête de General Motors", ajoutant que M. Wagoner lui même avait déclaré il y a quelques jours ne pas se sentir menacés par les projets du gouvernement.

M. Obama doit présenter lundi son plan de sauvetage de l'industrie automobile américaine, qui devrait passer par une aide financière accrue de l'Etat à GM et à son concurrent Chrysler, mais soumise à des conditions très strictes.

Parlant dimanche sur la télévision CBS, M. Obama a déclaré que les deux groupes n'en avaient "pas encore fait assez" en terme de restructuration, malgré tout les "efforts sérieux" entrepris par les constructeurs de Détroit, la ville du Nord des Etats-Unis symbole de l'industrie automobile nationale.

Au bord de la faillite, GM et Chrysler ont été secourus par le gouvernement américain, qui leur a alloué une aide de 17,4 milliards de dollars au total sous forme de prêts depuis décembre. Mais celle-ci s'avère encore insuffisante, et les deux groupes demandent à l'Etat 21,6 milliards supplémentaires pour pouvoir survivre.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo