Sommaire
Sénégal d'Aujourd'hui
03/03/2009 - 14:48

Dernière ligne droite du festival des arts nègres

Dakar- Sous la houlette du président de la République, Me Abdoulaye Wade, les rencontres préparatoires du 3e Festival mondial des arts nègres (Fesman III) se sont ouvertes le 1er mars à Dakar.



Ayant hérité du premier président Sénégalais Léopold Sédar Senghor l’organisation du Festival mondial des arts nègres, c’est tout naturellement qu’Abdoulaye Wade a assuré la présidence des rencontres du Fesman III.

Ces rencontres auxquelles prennent part plusieurs dizaines de scientifiques, d’hommes et de femmes des arts et des lettres, venus d’horizons divers, sera le lieu de faire le bilan des activités préparatoires du Fesman III. Des vernissages, spectacles, défilés de mode, expositions et autres colloques seront au menu des activités de même que les hommages rendus aux précurseurs de la renaissance africaine.

 Des rencontres auxquelles sont conviés tous les fils et toutes les filles d’Afrique, où qu’ils puissent se trouver. Concentrant la plus forte communauté noire du monde, le Brésil est l’invité d’honneur de ces rencontres, qui permettront de faire le bilan du travail accompli jusque-là sur cet important rendez-vous culturel. "Le plus important rendez-vous culturel du troisième millénaire", dira le coordonnateur général du Fesman et non moins président de l’Association des écrivains du Sénégal, Alioune Badara Bèye.

Invité à débattre sur "la problématique de la résistance en Afrique et de l’apport du peuple noir à la science et à la technologie", le professeur Iba Der Thiam fera un rappel historique des épopées noires. Ce qui le poussera à dire, avec passion, que "le noir n’a pas à avoir honte de son passé". Ainsi, exhortera-t-il tous les noirs à "croire en eux et à exiger le respect qui leur est dû".

Le président de la République, quant à lui, s’insurgera contre le peu d’estime et d’égard dont certains font montre en direction des noirs, refusant catégoriquement de reconnaître la réalité, celle de la présence du noir dans l’histoire, mais aussi et surtout les technologies, d’où la nécessité de le respecter .

Les rencontres du Fesman III sont aussi culturelles. Ainsi, des colloques, expositions, vernissages, spectacles et défilés de mode rythmeront ces 48 heures. Au menu de ces journées et soirées, les hommages rendus aux précurseurs de la renaissance africaine, notamment Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor.


Source : rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces