Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
21/01/2009 - 14:41

Enquête en France contre UBS dans l'affaire Bernard Madoff

Paris- Une enquête préliminaire de police visant la banque suisse UBS a été ouverte sur les conséquences en France de la fraude record imputée au financier américain Bernard Madoff, annonce le parquet de Paris.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Les policiers de la brigade financière sont saisis pour "abus de confiance et escroquerie".

"Nous avons ouvert une enquête préliminaire à la suite du dépôt de plainte d'un particulier. Elle est confiée à la brigade financière", a déclaré le porte-parole du procureur Jean-Claude Marin.

C'est la première procédure en France concernant cette fraude présumée dont l'impact mondial est évalué à 50 milliards de dollars. En France, les pertes globales sont évaluées pour l'instant à 500 millions d'euros par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

La police devra établir si des infractions pénales peuvent être soupçonnées. Le procureur pourra ensuite soit classer sans suite le dossier, soit citer directement les responsables devant un tribunal - option peu probable -, soit ouvrir une information judiciaire confiée à un juge d'instruction.

La plainte, déposée jeudi dernier par une épargnante française déclarant avoir perdu 540.000 euros placés en 2006, vise la banque suisse UBS. Il lui est reproché d'avoir collecté les fonds et de les avoir placés dans la société de Bernard Madoff sans en avertir les déposants.

UBS a placé les sommes dans un fonds appelé Luxalpha, créé, géré et détenu au Luxembourg. Les fonds étaient ensuite placés chez B.L Madoff Investment Securities et ont donc aujourd'hui disparu. Cette démarche était illégale, estime la plaignante.

"A l'évidence, une escroquerie et un abus de confiance ont été commis aux dépens de cette épargnante. UBS se doit de considérer les victimes", a dit Me Jean Reinhart, avocat de la plaignante, dans un communiqué publié la semaine dernière.

Me Reihnhart a dit à Reuters mardi soir que 23 autres personnes lui ont annoncé leur intention de porter plainte.

"Cette enquête va permettre de procéder aux premières investigations permettant aux acteurs du dossier de s'expliquer", a-t-il dit.

L'UBS n'a pas commenté le dépôt de cette plainte. La banque est visée par d'autres procédures en France, civiles celles-là, engagées par d'autres épargnants pour demander une réparation financière aux tribunaux.

La banque déclarait dans ses documents investir "principalement en valeurs mobilières cotées ou listées aux Etats-Unis". Me Reinhart estime donc que les épargnants ont été trompés puisqu'ils n'ont jamais connu le recours à Madoff.

Un expert financier, Harry Markopolos, avait décrypté la fraude imputée à Madoff dans un document transmis en 2005 à la SEC, le "gendarme" de la Bourse américaine, souligne l'avocat.

Me Reinhart estime donc que l'UBS "a forcément réalisé ce même travail et obtenu les mêmes conclusions".

Le Crédit suisse et d'autres banques avaient d'ailleurs placé le fonds Madoff sur une liste noire, dit-il.

Selon l'AMF, les deux tiers du préjudice français concerneraient des épargnants fortunés, 26% des investisseurs institutionnels et 8% le grand public à travers des placements boursiers proposés par les banques.

Bernard Madoff, 70 ans, placé aux Etats-Unis sous contrôle judiciaire avec port obligatoire d'un bracelet électronique, est passible de vingt ans de prison et de plusieurs millions de dollars d'amende.

Il a été inculpé le 11 décembre pour avoir utilisé pendant des années une technique connue de fraude financière pyramidale en promettant aux investisseurs des rendements élevés et garantis et des frais exceptionnellement faibles.

Selon cette technique, les intérêts avantageux versés aux épargnants n'étaient pas financés par des placements véritables mais par ceux des clients suivants. L'enquête ne fait que commencer aux Etats-Unis et on ignore où est passé le capital détourné par Madoff.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo