Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Sport
16/09/2009 - 17:43

F1: Renault ne conteste plus la triche

Renault a écarté le patron de son écurie de F1, Flavio Briatore, et reconnu que celle-ci avait triché lors du Grand Prix de Singapour en 2008. Lire la suite l'article



L'écurie a été convoquée le 21 septembre devant le conseil mondial du sport automobile de la Fédération internationale de l'Automobile (FIA) après des accusations portées par son ancien pilote Nelson Piquet Junior.

Le Brésilien, remercié par Renault en août, affirme que Briatore et Pat Symonds, directeur de l'ingénierie lui aussi écarté mercredi, lui ont demandé de sortir délibérément de piste lors du Grand Prix de Singapour en 2008 afin de favoriser la victoire de l'autre pilote Renault, Fernando Alonso.
Ce dernier a affirmé la semaine dernière n'être au courant de rien.

"(L'écurie Renault) ne contestera pas les récentes allégations de la FIA concernant le Grand Prix de Singapour 2008".
"L'écurie indique également que son directeur général, Flavio Briatore, et son directeur exécutif de l'ingénierie, Pat Symonds, ont quitté l'écurie."
Leurs remplaçants n'ont pas été désignés.

Le conseil mondial de la FIA peut imposer à Renault des sanctions allant jusqu'à l'exclusion définitive de la Formule Un.

La sortie de piste de Nelson Piquet Jr lors du GP de Singapour avait entraîné l'intervention de la voiture de sécurité alors que Fernando Alonso venait de passer aux stands pour effectuer un ravitaillement.
Parti en fond de grille, l'Espagnol était alors ressorti juste derrière la "safety car" et s'était installé aux commandes du Grand Prix grâce à cette longue neutralisation de la course en profitant des arrêts aux stands des autres pilotes.

Nelson Piquet, dont le père a été triple champion du monde, a assuré vendredi qu'il n'avait fait que dire la vérité à la FIA.

Par la voix de son président Max Mosley, cette dernière a souligné qu'elle avait garanti l'immunité au pilote brésilien en échange de sa coopération.

"Nelsinho" Piquet a déclaré aux enquêteurs de la FIA qu'il avait rencontré Symonds et Briatore dans le bureau de ce dernier avant la course du 28 septembre 2008.

"En présence de M. Briatore, M. Symonds m'a demandé si j'étais prêt à sacrifier ma course pour le bien de l'équipe en 'provoquant une intervention de la voiture de sécurité'", a dit Piquet, d'après sa déposition effectuée le 30 juillet.

"M. Symonds m'a pris à part, dans un coin, et, avec l'aide d'une carte, il m'a désigné exactement le virage dans lequel je devais avoir mon accident", a ajouté Piquet, 24 ans, limogé en août après 10 courses sans le moindre point remporté cette saison.

Le Brésilien a affirmé qu'il se trouvait alors dans une situation fragile en raison de l'incertitude sur la reconduction de son contrat pour la saison 2009.

Egalement interrogé par les enquêteurs de la FIA, Pat Symonds est resté évasif. Prié de dire s'il savait qu'un accident aurait lieu lors du 14e tour, il a répondu : "Je ne souhaite pas répondre à cette question."

L'écurie Renault et Flavio Briatore ont annoncé vendredi dernier qu'ils avaient porté plainte au civil en France contre Nelson Piquet et son père pour "dénonciation calomnieuse" et "tentative de chantage".
Sous la direction de Briatore, Alonso a été sacré champion du monde en 2005 et 2006 et Renault a décroché le titre mondial des constructeurs ces deux mêmes années.

L'Italien avait déjà réussi ce même doublé avec Michael Schumacher et l'écurie Benetton en 1995. L'année précédente, l'Allemand avait été sacré champion du monde des pilotes.

Briatore a aussi été cette saison l'un des principaux meneurs de la fronde des écuries de F1 contre les mesures d'économies drastiques que souhaitait imposer Max Mosley.

Ce dernier, qui quittera prochainement la présidence de la FIA, a d'ores et déjà prévenu qu'il jugeait l'affaire du Grand Prix de Singapour plus grave que le scandale d'espionnage qui a valu en 2007 à McLaren une amende record de 100 millions de dollars et la perte de tous ses points au championnat du monde constructeurs cette saison-là.


Source: Reuters via Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Sport






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn