Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
Rss
pour y être
France
15/05/2009 - 19:47

Fillon attaque un Parti socialiste "divisé" sur l'Europe

Le Premier ministre François Fillon a dénoncé jeudi le Parti socialiste, "divisé et hésitant" sur l'Europe, en décalage avec les propositions des autres socialistes européens.



Les socialistes français sont "désemparés" parce que leurs partenaires européens "ont changé de logiciel" sans eux, a observé le Premier ministre lors d'un meeting de la campagne des européennes à Ludres (Meurthe-et-Moselle), près de Nancy.

"Imaginez un peu l'embarras d'un socialiste britannique ou allemand quand il entend Mme Aubry revendiquer les 35 heures", a-t-il brocardé, avant de se moquer du "désarroi" d'un socialiste français quand il découvre que le chef du gouvernement espagnol José Luis Zapatero "a choisi d'imiter la politique conduite par Nicolas Sarkozy" en supprimant la publicité sur les chaînes de télévision publique.

Reprenant un des principaux arguments de campagne de l'UMP, il a jugé que la gauche tentait de polluer la campagne pour les européennes du 7 juin en créant des "faux débats" comme la "critique systématique du gouvernement qu'alimente la gauche et qui détourne l'élection européenne de ses véritables enjeux".

Les sondages placent les listes de la majorité présidentielle assez nettement en tête (autour de 27%) devant les socialistes, crédités de quelque 22%.

"Le vrai débat, le seul qui vaille aujourd'hui, c'est celui de l'Europe politique", a-t-il jugé. "Est-ce qu'on veut une Europe qui palabre ou qui propose? Une Europe paralysée par la bureaucratie ou au contraire une Europe qui puisse jeter tout son poids dans les grands équilibres du monde?", a-t-il interrogé, avant de mettre en avant le bilan de la présidence européenne de Nicolas Sarkozy.

L'Europe "est un instrument puissant", "qui gagne en puissance chaque fois qu'on l'utilise", a alors décrit François Fillon, qui s'est prononcé pour une poursuite de l'action européenne pour protéger les secteurs économiques mis en difficulté par la crise et pour la mise en place de réglementations qui favoriseront les innovations.

Le Premier ministre a aussi mis en garde contre l'abstention". Jugeant que les électeurs "désabusés" n'avaient "pas toujours tort", il les a invités à voter pour "donner une légitimité forte" à l'Europe.

"Comment est-ce qu'on peut tous les matins critiquer ceux qu'on appelle les technocrates de Bruxelles si on ne se rend pas le jour venu dans le bureau de vote pour choisir celui qui, au Parlement européen, aura la responsabilité justement de contrôler ces technocrates de Bruxelles?"

François Fillon a aussi, comme les autres orateurs, répété l'opposition de la droite à l'entrée de la Turquie dans l'Europe, s'attirant les applaudissements des militants.

La plupart des intervenants ont évité de détailler les 30 propositions du programme de l'UMP. Michel Barnier, qui coordonne la campagne, a seulement invité les militants à le consulter pour se faire une idée de l'action des futurs députés européens de droite.


Source: Associated Presse via Yahoo News

Awa Diakhate








Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League







Partageons sur FacebooK
Petites annonces