Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
L'Economie en temps réel et en continu
27/04/2009 - 19:58

GM durcit son plan de restructuration

General Motors a dévoilé ce lundi un plan de réorganisation renforcé pour répondre aux exigences du gouvernement Obama, avec davantage de fermetures d'usines et de suppressions d'effectifs que prévu et une reconfiguration de l'actionnariat qui serait désormais contrôlé par l'Etat et son principal syndicat.



Le nouveau GM qui émergera de la restructuration serait détenu à hauteur de 89% par l'Etat américain et par le syndicat United Auto Workers (UAW) si ces derniers acceptent d'échanger de la dette contre des actions.

En Bourse, GM s'envole de plus de 25% pour dépasser les deux dollars.

Fin mars, le gouvernement Obama avait exigé le départ du PDG de GM Rick Wagoner et donné au groupe jusqu'au 1er juin pour présenter une restructuration plus convaincante, sous peine de devoir déposer son bilan.

Le constructeur automobile va se recentrer sur quatre marques principales aux Etats-Unis - Chevrolet, Cadillac, Buick et GMC - et prévoit l'abandon de la marque Pontiac d'ici la fin 2010. La production des modèles Saturn pourrait cesser d'ici la fin de l'année tandis que la vente de l'activité des très gros 4x4 Hummer semble toujours à l'ordre du jour, d'après ce qu'a laissé entendre Fritz Henderson.

La filiale européenne du groupe, Opel, devrait être elle aussi cédée.

L'an prochain, General Motors ne devrait plus compter que 34 usines - six de moins qu'annoncé en février - contre 47 actuellement. Le nombre de sites GM aux Etats-Unis devrait être encore ramené à 31 en 2012.

En conséquence, le nombre de salariés rémunérés à l'heure passera de 61.000 actuellement à 40.000 l'an prochain, ce qui représente 7.000 à 8.000 suppressions de plus qu'en février.

Le constructeur va aussi tailler dans son réseau de concessionnaires qui sera ramené de 6.246 à 3.605 en 2010.

Le groupe de travail sur l'automobile de la Maison blanche a estimé que le nouveau plan allait dans le bon sens.

"Le plan intermédiaire que GM présente dans ce document reflète le travail fait par GM depuis le 30 mars pour tracer un nouveau chemin vers la viabilité financière", déclare le groupe de travail dans un communiqué.

Le travail avec la direction de GM va se poursuivre, a dit la Maison blanche.

Le nouveau patron de GM Fritz Henderson menace de déposer le bilan si la réponse des investisseurs se révèle insuffisante.

"Je suis pour faire face aux réalités", a déclaré Henderson à la presse en soulignant qu'un dépôt de bilan (sous l'égide du chapitre 11 du code des faillites) était de plus en plus probable.

Au total, GM veut réduire sa dette de 44 milliards. D'une part, le groupe a annoncé une émission d'actions qui permettra aux créanciers obligataires d'échanger leurs titres à hauteur de 225 actions ordinaires pour 1.000 dollars d'obligations. Il s'agit d'éponger quelque 90% d'une dette de 27 milliards de dollars, soit d'éliminer environ 24 milliards de dollars.

En second lieu, le groupe veut s'acquitter de la moitié des 20 milliards qu'il doit à l'UAW par une entrée du syndicat à son capital à hauteur de 40%.

Enfin, le Trésor convertirait pour dix milliards de dollars sur les financements d'urgence déjà octroyés à GM depuis le début de l'année en échange d'une participation de plus de 50%.

Ce qui laisserait les porteurs d'obligations avec 10% du capital restructuré et les actionnaires de GM avec 1%.

GM a jusqu'ici reçu une aide de 15,4 milliards de dollars en fonds publics dont deux milliards de dollars la semaine dernière.

"L'échange obligataire d'aujourd'hui représente une mesure importante dans l'effort de restructuration de GM", déclare le groupe de travail de la Maison blanche dans son communiqué.

Le nouveau GM restructuré devait pouvoir abaisser son point mort, c'est-à-dire avoir des résultats à l'équilibre, à dix millions d'unités au lieu de 15 millions.

Au total, les coûts structurels en Amérique du Nord devraient être réduits de 1,8 milliard de dollars supplémentaires par rapport à ce qui était prévu dans le plan de la mi-février, soit d'un total de 23,2 milliards de dollars.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK

Petites annonces