Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.


Rss
pour y être



Publi-Reportages
13/05/2019 - 13:21

Histoire de legging pour la danse orientale

Il y a tout de même, dans mon esprit, une grande différence entre les caleçons de mon grand-père et le legging, particulièrement pour la danse orientale, si féminine que je passe des heures à admirer sur le net en naviguant de site web en site web. Vous savez, dans les catalogues, on ne voit que les jambes, rien d'autre. Pourtant, ces images m'accrochent au point qu'il m'arrive, les jours de grand soleil, de marcher en ville en recherchant du regard les jolies femmes qui portent des leggings avec ou sans short, avec ou sans minijupe. Je ne sais pas si c'est érotique, sexy ou tout simplement romantique.



Mais on ne peut pas marcher éternellement: je finis toujours par avoir soif ou envie d'un café et je m'arrête à une terrasse. Je décompresse, m’attèle à lire le journal. Alors que je suis plongé dans la lecture d'un fait divers qui me surprend par sa banalité, j'entends:
- "Je peux?"
J'hésite à lever les yeux de mon journal. Pourtant, la voix m'attire: quelque chose me dit que ma vie de solitaire va basculer. La première question qui me vient à l'esprit, c'est: bon sang! il y a tellement de tables inoccupées dans ce bistrot, pourquoi juste la mienne? C'est là que la voix inconnue insiste:
 -"Je sais que vous vous intéressez à mon legging et je veux savoir pourquoi..."
Une bourrasque de vent arrache mon journal. Je n'ai plus le choix et mes yeux s'abaissent vers le legging supposé. C'était un legging noir à taille basse avec un foulard rouge orné de sequins et noué autour des hanches: un legging de style oriental. Je flashe, hésite encore un instant avant de lever les yeux. C'est là que sa main se pose sur mon épaule et me voilà le dos bien calé au dossier du fauteuil.
C'est une femme entre deux âges, enfin je crois, peu importe. Elle me dévisage puis me lance:
 

- "depuis plusieurs jours, vous passez devant moi sans me voir: vous ne regardez que mon legging. Vous fantasmez ou quoi?"
Je me lève, l'invite à s'asseoir. Ses jambes sont à présent sous la table et je n'ai plus aucune vue sur le legging et la dame de rajouter:
-" Je porte des legging pour le sport. J'en fais juste en face."
Elle me montre une porte cochère ornée d'une enseigne: "Sport et Beauté".
J'essaie de balbutier quelque chose du genre "vous buvez quoi?". Rien ne sort. La décision vient d'elle lorsqu'elle recule légèrement son siège pour offrir à ma vue son legging.
- "Vous savez pourquoi vous ne me reconnaissez pas?"
Je réponds;
-"Non"
- "C'est tout simple," me lance-t-elle. "Je porte un legging différent tous les jours. Je vais vous expliquer: il y a ceux en dentelle et résille noir pour compléter les tenues de danse orientale transparentes, ceux avec du strass aux chevilles, noirs aussi, les leggins turquoise en dentelle et d'autres encore."
- "Ce n'est pas un fantasme, juste un hobby. Cela me distrait: je n'ai plus rien à faire d'autre que d'admirer mon prochain."
La dame dit s'appeler Brigitte, elle se lève et me dit de la suivre jusque chez elle.
- "C’est à deux pas", ajoute-t-elle avec autorité.
Nous franchissons une porte, grimpons un escalier en colimaçon. Mon cœur battait la chamade: je n'étais pas du tout prêt pour une histoire d'amour. Je voulais restée accroché aux legging. Nous entrons. Une jeune fille nous accueille. Un autre legging, façon léopard cette fois. Elle me sourit, me prend par la main. Brigitte dit, c'est ma fille. Elle va vous faire connaître un site web qui vous permettra de collectionne des legging de danse orientale et de bien d'autres accessoires de danse orientale. C'est ça qui vous plaît, non?".
Ouf, ce n'est pas une histoire d'amour, seulement une histoire de legging. Et c'est avec plaisir que nous surfons tous trois  sur http://www.orientaldiscount.net/ -

Webzine d'actualités économiques








Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don: