Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Commerces et services
10/11/2020 - 13:39

Histoire sur Rimbaud


Sachez en plus sur le poète Rimbaud en lisant notre article du jour !



"Mon aspiration est d'être le plus insoupçonnable des étrangers." Que vous ne savez pas si c'est une fausse citation ou un vrai souhait.

Franzosini, Edgardo (La Valette, Brianza, 14 août 1952). Ecrivain. Pour le reste sur Wikipédia, sa biographie coïncide avec sa bibliographie ("Je n'avais pas remarqué. Et j'avoue que cela me fait particulièrement plaisir"). Franzosini - à qui est réservé le privilège exclusif d'être parmi les très rares cinq-six Italiens vivants publiés par Adelphi - est un auteur si culte et si insaisissable que lorsque, il y a quelque temps, à Florence, ils ont discuté d'une thèse sur lui, la Commission a pensé qu'il était un pseudonyme, et ses livres une pseudobiblia. Et pourtant...

Pourtant Franzosini vit dans la banlieue de Milan, il a une maison où règne un ordre teutonique, il est très gentil, il n'aime pas parler de lui ("J'ai travaillé longtemps dans une banque, puis, parmi les premiers hommes en Italie, j'ai bénéficié d'un emploi à temps partiel, puis j'ai rencontré le banquier-écrivain Giuseppe Pontiggia, puis j'ai arrêté de travailler et commencé à écrire, et donc j'ai l'intention de continuer"), mais il parle avec plaisir de son travail. Et là aussi, la vie et les livres se chevauchent.

Son premier titre, la biographie-métamorphose de Bela Lugosi, l'acteur célèbre pour ses performances d'horreur-drague, l'a signé du nom de plume Edgar Lander. Il quitte Tranchida en 1984 (réimprimé plus tard par Adelphi). Il est devenu un livre impossible. Un jour, l'écrivain Alcide Pierantozzi, un vrai fan d'Edgar Lander, en a trouvé un exemplaire au Libraccio, sur les Navigli à Milan. Pendant qu'il paie la maison, il dit au commis : "Ce Lander est très bien". "Si vous voulez - dit le greffier - je vous les présente. C'est mon père."

Pour dire que la vie et la littérature coïncident parfois. Parfois ils s'annulent, parfois ils s'inversent. Parfois, ils sont même inventés. Et rien n'est plus vrai qu'une vie littéraire. Et voilà que, année après année, des personnages réels mais inconnus, devenus grâce à lui littéralement populaires, tombent sous les coups de la plume de Franzosini : le mangeur de papier, l'aventurier du XVIIIe siècle Johann Ernst Biren, qui a l'habitude de manger du papier taché d'encre ; ou Giuseppe Ripamonti (1757-1643), l'écrivain fantôme du cardinal Federico Borromeo ; ou le sculpteur animalier Rembrandt Bugatti, frère du bien plus célèbre Ettore, fondateur de la compagnie automobile du danseur Elefantino... Des histoires d'hommes singulières, pour les raconter, il faut de la légèreté, une patience infinie - "pour parcourir les livres et les sites web, pour visiter les archives et les bibliothèques d'État" -, une touche d'humour et de curiosité pour trouver des coïncidences et des bizarreries. "Mais pas dans le sens d'une excentricité en soi, mais plutôt d'excentricités qui ouvrent des implications obscures, dilatant des événements qui ne sont pas de premier ordre et qui ne font peut-être qu'allusion aux faits les plus connus".

Et puis il y a le côté moins connu de personnages très connus. Comme l'obscur séjour milanais du plus célèbre poète de la modernité, au centre du nouveau livre d'Edgardo Franzosini, présenté aujourd'hui à Tempo di libri : Rimbaud e la vedova (Skira) : reconstitution méticuleuse, délicieuse, littéraire, fantastique d'un minuscule épisode, dont il n'existe presque aucune preuve, mais qui divise un avant et un après, non seulement dans la vie d'Arthur Rimbaud, mais aussi dans l'histoire de la littérature elle-même. "C'est une nouvelle que j'ai trouvée dans un vieil article de journal, dont très peu ont parlé, et à propos de laquelle on peut faire beaucoup de conjectures. C'est l'histoire de Rimbaud, un homme à l'existence scandaleuse et pleine de rebondissements, qui entre avril et mai 1875, l'année clé de sa vie, car c'est à cette époque qu'il a cessé définitivement d'écrire, a séjourné pendant quelques semaines à Milan, invité d'une mystérieuse veuve, dans un appartement donnant sur la Piazza Duomo. C'est bien. Qui était-elle ? Et pourquoi vient-il à Milan ? Et quelle était leur relation ? Et pourquoi, à partir de cette année-là, Rimbaud ne parle plus de livres et va jusqu'à arracher des lettres d'éloge aux éditeurs, aux écrivains et aux écrivaines ? Pourquoi cesse-t-il d'écrire ?".

Pour savoir, il faut lire. Ce que fait Franzosini. Il réécrit le Milan de l'époque et Rimbaud de ce temps-là en sélectionnant des détails infimes de la biographie géante de l'écrivain français Jean-Jacques Lefrère, les livres des amis et de la famille qui ont construit le mythe de Rimbaud, puis d'anciens guides de la ville de Milan, les numéros de L'esploratore et de la presse quotidienne de l'époque, les programmes des théâtres de l'époque (Rimbaud aimait aller au théâtre)... "C'était un Milan un peu poussiéreux, un peu arriéré pour le poète qui disait : Il faut être absolument moderne... Cocteau la compare à une tempête de printemps qui a fait refleurir le monde. Charmant, mais vrai. En cinq ans, entre 16 et 21 ans, Rimbaud a écrit, au milieu du XIXe siècle, les textes qui sont devenus fondamentaux pour l'ensemble du XXe siècle. Puis il est mort à 37 ans. Son apparition a été miraculeuse".

Des miracles, des versions fictives qui se superposent à la vérité historique, des anecdotes, des hypothèses (Verlaine, qui en 1873 fait exploser contre Rimbaud le plus célèbre coup de feu de la littérature, insinue une relation sentimentale entre l'ami et la milanaise, "mais peut-être seulement pour dissiper les soupçons d'homosexualité sur les deux... "), des mystères qui se glissent dans les plis d'autres mystères ("La dernière fois que Rimbaud a un frisson littéraire dans sa vie, c'est quand, ici à Milan, avec une lettre envoyée de la poste de la Via Rastrelli, il demande à son ami Ernest Delahaye de lui envoyer un exemplaire de Une Saison en Enfer qu'il veut donner à quelqu'un. Pour qui était-ce ? Pour la veuve charitable ? Peut-être. Dans quelle mesure est-ce vrai et plausible ?

Vrai ou plausible, l'important est que les histoires d'Edgardo Franzosini se poursuivent. Après tout, "Toute histoire est vraie tant qu'elle dure". Et nous ne savons même pas si la citation de Rudyard Kipling est vraie.
En savoir plus : https://www.annuaire-papillon.com/poesie-facon-rimbaud.html


josie bonet







Flashback :
< >

Jeudi 19 Novembre 2020 - 14:46 Achat Blue Berry CBD Suisse

Mercredi 18 Novembre 2020 - 17:34 Installation panneaux photovoltaique

Mercredi 18 Novembre 2020 - 13:06 Purple Haze, un peu d'histoire

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com