Sommaire
Sénégal d'Aujourd'hui
31/08/2009 - 13:35

Inondation: promenade dans les «Iles Thiaroye» et au «Fleuve Guédiawaye»


Les reportages faits par la presse sur les inondations, les témoignages et mêmes les images diffusées sur les petits écrans n’offrent aucune idée, aucune perception réelle de ce qui se passe présentement dans la banlieue. Nous avons hier, et avant-hier, effectué une promenade, dans ce que nous baptisons désormais, les «Iles Thiaroye» et le «Fleuve Guédiawaye».



Il ne s’agit nullement de désigner un coupable ou un responsable de la situation catastrophique que vivent les populations. A l’heure actuelle, il faut plutôt trouver les moyens logistiques et humains pour sauver les populations. S’il s’agit de responsabilité, les régimes socialiste et libéral seront au banc des accusés.

Avant-hier, nous avons pu constater les dégâts énormes que la pluie a occasionné dans les Communes d’arrondissement de Djidha Thiaroye Kaw, de Wakhinane Nimzatt, de Médina Gounass, de Thiaroye.

Lors de la visite du premier Ministre, la situation était plus que catastrophique dans la banlieue. Les autorités ont pu faire le constat.

A Djidha Thiaroye Kaw, le bassin de rétention déborde. Ainsi, il laisse ses eaux envahir les maisons. Dans les foyers qui servent de lieu de repos pour les enfants, les mères et les chefs de famille, l’état qui y règne est piteux. Les enfants sont laissés à eux-mêmes à la proie des microbes et de la saleté. Leurs parents tentent de se débarrasser des eaux usées qui perturbent leur intimité familiale.
Les motopompes ne font pas défaut dans certains quartiers, mais les jeunes qui se sont convertis en Sapeurs pompiers pour la circonstance n’arrivent pas à trouver un site pour déverser les eaux puisées des points noirs localisés dans leurs quartiers.

Dans la Commune d’arrondissement de Médina Gounass, la mairie est au cœur des eaux usées. Le constat est plus alarmant dans le quartier «Ndiaago Bar». Là, c’est la désolation parfaite.
Les enfants de 4 à 12 ans pataugent dans les eaux ruisselantes. Au cœur des maisons, les images sont tristes. Les femmes qui commencent à s’habituer à cette situation n’ont que leurs belles dents blanches pour rire ou sourire en attendant les cauchemars de la nuit.
WAKHINANE 3, PIKINE EST, FASS 2, GUINAW RAIL NORD, ZAM-ZAM 2.

L’ancien Ministre des Sports Bakar Dia était lui aussi dans la banlieue hier. Il y était aux mêmes moments que les leaders de «Benno Siggil Sénégal». Si ces leaders ont été conspués dans la localité de Djidah Thiaroye Kaw par les militants de Djiby Diatta membre de la Cap21, tel n’était pas le cas avec le leader du Front Populaire.


Devant le bassin de rétention de Djidah Thiaroye Kaw à «Gnéti Mbar», près de la villa du Chef de quartiers Bara Diouf, Djiby Diatta a mis en exécution ses promesses de rendre la monnaie à ceux qui ont osé huer le cortège du Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye. Ce leader politique a organisé une manifestation contre les leaders de Benno qui n’ont pas trainé sur les lieux.
De l’autre côté, Bakar Bia était à l’écoute des populations qui l’ont accueilli avec les plus grandes considérations en dépit de leurs difficultés.

Au quartier Wakhinane 3, les eaux ont fait une démonstration de force. La mosquée du quartier, les maisons, tout est colonisé par les eaux de pluies qui stagnent dans le plus petit millimètre carré du quartier.

Devant les maisons, des sacs remplis de sable sont superposés pour empêcher l’eau d’entrer. Mais l’impuissance de ce dispositif a été rapidement constatée par les «sapeurs pompiers» du quartier. Les chambres, les salons, les cuisines et les toilettes sont inondés.

Les populations vivent cette situation depuis plus d’une semaine. Selon les témoignages, les motopompes sont bonnes, le site aménagé pour recueillir les eaux également, mais il manque des noyaux assez longs pour aspirer les eaux.

Iba Mar Ndiaye, chef de famille dans la parcelle No173, Wakhinane 3, a estimé que les populations manquent d’assistance de la part des autorités locales. Selon lui, «le problème a été politisé». Ce chef de famille accuse le maire de Benno Siggil Sénégal, Malick Konté de favoritisme. «Ici Ibrahima Ndiaye est notre responsable. Nous sommes avec lui. Voici la raison qui pousse le maire à nous combattre parce que nous sommes avec Abdoulaye Wade. Nous sommes victimes de notre appartenance à la mouvance présidentielle» dit le vieux Iba Mar Ndiaye.

Vieux Diallo qui est habitant du quartier, a fait le même constat que Iba Mar. Selon lui, le maire n’est pas content de voir les populations soutenir Me Abdoulaye Wade.

A Fass 2, la situation est pire. Elle est mortelle. Dans ce quartier qui fait face à Wakhinane 3, les populations n’ont plus d’espoir. Elles versent de chaudes larmes à chaque fois que le Ciel menace d’ouvrir ses vannes.

La maison de Demba Sylla s’est affaissée comme un arbre dépouillé de ses racines. L’appartement situé à gauche de la porte d’entrée s’est littéralement reposé à terre. En bas, des débris, des briques, des pots, des seaux, des feuilles d’arbres mortes informent sur la brutalité de l’accident. En face, un autre bâtiment qui n’attend que la prochaine pluie pour capituler. Déjà de toute part, ses murs sont craquelés. L’humidité des parties visibles du bâtiment ne laisse aucune chance à cet appartement encore occupé. C’est inquiétant mais le propriétaire de cette maison n’a pas une autre alternative pour héberger sa progéniture.

Chez Ibou Sylla nul espoir ! La maison de ce dernier est aujourd’hui habitée par les eaux. Toutes les chambres, la véranda sont tous les eaux de pluie. Cette maison est avalée. C’est le seul arbre qui tient debout au milieu de la maison d’Ibou Sylla.

Chez la dame Aminata Sy, tous les appartements sont à terre. Une personne a eu une jambe fracturée.

Devant cette maison, le Ministre Bakar Dia a été interpelé par un jeune sur la situation des populations dans la banlieue. Ce dernier après l’avoir écouté lui a fourni des explications sur le but de sa visite dans la banlieue.

A Fass 2, le «Complexe Socio Educatif, «Gestu na Njarin» et la Police de Thiaroye sont sous les eaux. D’ailleurs, les éléments de cette police étaient affectés au Commissariat de Pikine.
Mamadou Fané, chef de famille habitant au quartier de Zam-Zam 2, Djidah Thiaroye Kaw derrière la Police a fait un témoignage sur la visite du Ministre qui selon ses propres propos «est la seule autorité à être venue leur rendre visite».

Rappelons qu’à Guinaw Rail Nord, deux enfants auraient trouvé la mort des suites de ces fortes pluies de ces derniers jours.


Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces