Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Afrique et Moyen-Orient
31/07/2009 - 13:38

Iran : la police réprime des manifestants à Téhéran

Un mois après les grandes manifestations qui ont suivi les élections , la situation dégénère à nouveau en Iran.



Hier, la police iranienne a usé de gaz lacrymogène et de la force pour disperser des manifestants, venus rendre hommage aux opposants tués lors des troubles post-électoraux. Sur une artère du centre de Téhéran, des centaines d'automobilistes scandant des slogans en faveur de leur leader Mir Hossein Moussavi ont été pris pour cible.

Non loin de là, bravant une interdiction de manifester édictée par les autorités, environ 3.000 personnes ont afflué au Grand Mossala, lieu de prière à ciel ouvert du centre de la capitale iranienne. «Certains manifestants ont incendié des poubelles tandis que des policiers anti-émeutes à moto passaient au milieu de la foule pour essayer de disperser les manifestants», a raconté un témoin. «La police a brisé les vitres de plusieurs voitures», a-t-il ajouté.

Ce rassemblement interdit s'est tenu à l'initiative de Mir Hossein Moussavi et de Mehdi Karoubi. Les deux candidats malheureux de l'élection présidentielle, qui réclament toujours l'annulation du scrutin pour fraude et de nouvelles élections, souhaitaient organiser un hommage «silencieux». Se heurtant à un refus des autorités, ils ont alors décidé de se rendre au cimetière de Beheshte Zahra, situé dans la banlieue sud de Téhéran.

Hommage à Neda

Environ 150 policiers anti-émeute et autres membres des forces de l'ordre les y attendaient, déployés autour du carré où sont enterrées les victimes du mouvement de contestation. Ils ont contraint Mir Hossein Moussavi à rejoindre rapidement sa voiture, malgré le soutien de plusieurs centaines de personnes. «La police a alors commencé à repousser les manifestants, après quoi Moussavi est parti», a expliqué un témoin.

Le chef de l'opposition souhaitait se rendre sur la tombe de Neda Agha Soltan, la jeune femme devenue une icône de mouvement réformateur , après que la vidéo de sa mort a circulé sur internet. ... lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Source: Le Figaro via Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn