Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Amériques
23/07/2009 - 20:38

Joe Biden réaffirme le soutien total de Washington à Tbilissi

Joe Biden a réaffirmé ce jeudi le soutien total de Washington à la Géorgie et a exhorté la Russie à respecter l'accord de cessez-le-feu signé l'été dernier avec Tbilissi après le conflit ayant opposé les deux pays.



Dans un discours prononcé devant les députés géorgiens, le vice-président américain a déclaré que les Etats-Unis soutenaient l'unité territoriale de la Géorgie mais, a-t-il indiqué, l'option militaire n'est pas envisageable pour obtenir la réintégration des deux provinces séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud.

"Nous, les Etats-Unis, sommes à vos côtés pour votre voyage vers une Géorgie sûre, libre, démocratique et de nouveau unifiée", a-t-il dit sous des applaudissements nourris.

"Nous ne reconnaîtrons pas l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud comme des Etats indépendants et nous appelons la communauté internationale à ne pas les reconnaître comme des Etats indépendants", a ajouté Joe Biden.

Le vice-président américain a en outre exhorté la Russie à honorer ses engagements du cessez-le-feu en ramenant "toutes ses forces à leurs positions d'avant la guerre".

La tension entre Moscou et Tbilissi est montée d'un cran à l'approche du premier anniversaire de la guerre éclair qui les a opposés en août 2008.

La Géorgie s'estime toujours menacée par les troupes russes stationnées en Ossétie du Sud et en Abkazie et cherche à obtenir l'intégration d'observateurs américains à la mission de l'UE chargée de surveiller l'application du cessez-le-feu.

"Nous sommes un pays en butte aux attaques, à une occupation partielle", a dit jeudi le président géorgien Mikhaïl Saakachvili, réaffirmant la volonté de Tbilissi d'adhérer à l'Otan.

La Russie, elle, a choisi le moment de la visite de Joe Biden pour hausser le ton vis-à-vis de son voisin, qu'elle accuse de fomenter des "actes de provocation".

"Nous sommes profondément préoccupés par l'activité des dirigeants géorgiens en matière de remilitarisation du pays (...)", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine, cité par l'agence de presse Itar-Tass.

"Les dirigeants géorgiens préparent divers incidents à la frontière avec l'Ossétie du Sud, qui coïncideraient avec l'anniversaire des événements de 2008 dans le Caucase (...). Ils (les incidents) ont assurément la nature d'actes de provocation", a-t-il ajouté.

Grigori Karassine a par ailleurs mis en garde les pays prêts à fournir une aide militaire à Tbilissi "sous l'apparence d'une aide humanitaire", une critique a priori dirigée contre les Etats-Unis qui ont fourni du matériel humanitaire à Tbilissi.

Le vice-ministre géorgien des Affaires étrangères, Giga Bokeria, a déclaré à Reuters que son pays respectait strictement le cessez-le-feu et son engagement de ne pas recourir à la force.

"Nous sommes un pays souverain et comme tout autre pays souverain, nous avons le droit de nous défendre", a-t-il toutefois prévenu. "Aucun autre pays ne peut interférer dans nos choix domestiques."

Après l'Ukraine mercredi, le déplacement de Joe Biden en Géorgie vise à montrer que les efforts de Washington pour améliorer ses rapports avec Moscou ne se feront pas aux dépens des pays pro-occidentaux issus de l'ex-URSS.

Le réchauffement des relations avec la Russie "ne peut pas se faire et ne se fera pas" au détriment de la Géorgie, a-t-il martelé devant les députés.

Mais ce soutien sans équivoque au gouvernement de Tbilissi s'est accompagné d'un appel à renforcer la démocratie dans le pays en trouvant un meilleur équilibre des pouvoirs entre la présidence et le parlement, six ans après la "Révolution des roses" qui a porté Mikhaïl Saakchvili à la tête de l'Etat.

Le président est aujourd'hui très contesté : l'opposition lui reproche notamment des dérives autoritaires et le fait d'avoir fait preuve de témérité l'été dernier en engageant le pays dans un conflit qu'il savait perdu d'avance.


Source: Reuters via Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo