Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Faits Divers - Société
24/03/2010 - 20:56

L'Afsset recommande le principe de précaution


Face aux incertitudes concernant les nanomatériaux présents dans des centaines de produits de consommation, «le principe de précaution s'impose», selon l'Agence santé et environnement (Afsset) qui recommande un étiquetage clair.



«Les nanos sont maintenant présents dans tout notre quotidien», a déclaré mercredi le directeur général de l'Afsset Martin Guespéreau, en présentant devant la presse un rapport sur les risques liés aux nanomatériaux pour la population et pour l'environnement.
Informer les consommateurs grâce à un étiquetage clair, assurer la traçabilité des nanomatériaux figurent parmi les principales recommandations de l'Afsset à l'issue de cette mission confiée en 2008.
Les effets mal connus
Plus de mille produits de consommation courante (raquettes de tennis, crèmes solaires, sel de cuisine, emballages alimentaires, vêtements) contiennent des nanomatériaux. Entre autres, des nanoparticules d'argent dont les propriétés antimicrobiennes sont exploitées pour des applications très diverses: chaussettes sans odeur, ustensiles de cuisine, pansements, tissus pour les grands brûlés, produits d'hygiène...
Les effets sur la santé et l'environnement des nanoparticules restent mal connus. D'abord, parce qu'à cette échelle, la matière acquiert des propriétés nouvelles qui compliquent toute analyse de toxicité.
Il faut «accélérer la recherche», indique Martin Guespéreau, relevant que seulement 2% des études publiées sur les nanomatériaux concernent leurs risques éventuels, alors que tout le reste est consacré à leur développement.
«Faire une évaluation sanitaire complète» prendrait «50 ans», dit-il, insistant sur la nécessité «de définir des méthodes simplifiées». L'Afsset devrait, d'ici deux ans, établir une «grille d'évaluation» permettant un premier classement en fonction des risques.


Source: Liberation.fr via Yahoo






V.N/source web








Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb