Quantcast
Sommaire
Monde: Toute l'Actu
31/01/2021 - 10:30

L'Inde coupe Internet près de Delhi alors que les agriculteurs entament une grève de la faim

L'Inde a bloqué les services d'internet mobile dans plusieurs zones autour de New Delhi samedi, alors que les agriculteurs protestataires ont entamé une grève de la faim d'une journée après une semaine d'affrontements avec les autorités qui ont fait un mort et des centaines de blessés.



En colère contre les nouvelles lois agricoles qui, selon eux, profitent aux grands acheteurs privés au détriment des producteurs, des dizaines de milliers d'agriculteurs ont campé sur des sites de protestation à la périphérie de la capitale pendant plus de deux mois.

Un défilé de tracteurs prévu pour l'anniversaire du jour de la République a tourné à la violence lorsque certains manifestants se sont écartés des itinéraires convenus, ont démoli des barricades et se sont heurtés à la police, qui a utilisé des gaz lacrymogènes pour tenter de les retenir.

Samedi, le ministère de l'intérieur indien a déclaré que les services internet de trois endroits de la périphérie de New Delhi où se déroulent les manifestations avaient été suspendus jusqu'à 23 heures dimanche pour "maintenir la sécurité publique".

Les autorités indiennes bloquent souvent les services internet lorsqu'elles pensent qu'il y aura des troubles, bien que cette mesure soit inhabituelle dans la capitale.

Sur le principal site de protestation, près du village de Singhu, dans la banlieue nord de la ville, la présence policière a été renforcée par l'arrivée de centaines de tracteurs en provenance de l'Haryana, l'un des deux États au centre des protestations. Les dirigeants agricoles ont déclaré que la grève de la faim de samedi, qui coïncide avec le 73e anniversaire de la mort du Mahatma Gandhi, leader de l'indépendance indienne, montrerait aux Indiens que les manifestants étaient majoritairement pacifiques.

"Le mouvement des agriculteurs était pacifique et le restera", a déclaré Darshan Pal, un dirigeant du groupe Samyukt Kisan Morcha, qui organise les manifestations.

"Les manifestations du 30 janvier seront organisées pour diffuser les valeurs de vérité et de non-violence".

L'agriculture emploie environ la moitié de la population indienne, qui compte 1,3 milliard d'habitants, et l'agitation parmi les quelque 150 millions d'agriculteurs propriétaires de terres est devenue l'un des plus grands défis du gouvernement du premier ministre Narendra Modi depuis son arrivée au pouvoir en 2014.

Onze cycles de négociations entre les syndicats agricoles et le gouvernement n'ont pas permis de sortir de l'impasse. Le gouvernement a proposé de suspendre l'application des lois pendant 18 mois, mais les agriculteurs affirment qu'ils ne mettront pas fin à leurs protestations si ce n'est pour les abroger complètement.

Les dirigeants agricoles ont déclaré que la grève de la faim de samedi, qui coïncide avec le 73e anniversaire de la mort du Mahatma Gandhi, leader de l'indépendance indienne, montrerait aux Indiens que les manifestants étaient majoritairement pacifiques.

"Le mouvement des agriculteurs était pacifique et le sera encore", a déclaré Darshan Pal, un dirigeant du groupe Samyukt Kisan Morcha, qui organise les manifestations. Les événements du 30 janvier seront organisés pour diffuser les valeurs de vérité et de non-violence".

L'agriculture emploie environ la moitié de la population indienne, qui compte 1,3 milliard d'habitants, et l'agitation parmi les quelque 150 millions d'agriculteurs propriétaires de terres est devenue l'un des plus grands défis du gouvernement du premier ministre Narendra Modi depuis son arrivée au pouvoir en 2014.

Victor Delhaye-Nouioua



Lu 138 fois






Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest