Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
03/08/2009 - 14:11

L'Ossétie du Sud veut s'unir à la Russie

Un après la courte guerre entre Moscou et Tbilissi à propos de l'Ossétie du Sud, le dirigeant de l'enclave géorgienne rebelle affirme vouloir unir sa population à la Russie voisine et exhorte le Kremlin à déployer plus de soldats et d'armes.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
"Le but de ma vie, mon but politique, est d'unifier mon peuple", a dit le président sud-ossète Edouard Kokoity lors d'un entretien accordé à Reuters à Tskhinvali, capitale de l'enclave.

"Nous bâtirons notre Etat, qui s'inscrira dans une alliance avec la Russie, (...) et je n'exclus pas qu'un jour nous fassions partie de la Russie. Le peuple d'Ossétie du Sud aspire à être uni à la Russie."

La Géorgie a attaqué l'Ossétie du Sud dans la nuit du 7 août 2008 pour en reprendre le contrôle, suscitant une contre-attaque immédiate de l'armée russe qui s'est avancée en Géorgie proprement dite avant de se retirer. Moscou a ensuite reconnu l'enclave en tant qu'Etat indépendant.

Les pays occidentaux ont condamné la reconnaissance de l'Ossétie du Sud par Moscou, et le reste du monde, à l'exception du Nicaragua, considère toujours l'enclave comme une région géorgienne. De fortes tensions persistent un an après le conflit de cinq jours.

Ce samedi, l'Ossétie du Sud a accusé les forces géorgiennes d'avoir procédé à des tirs de mortiers en direction de son territoire et la Russie a prévenu Tbilissi qu'elle se réservait le droit de recourir à la force pour défendre les civils. La Géorgie a démenti que des tirs aient eu lieu et accusé la Russie d'"intentions agressives".

Les Sud-Ossètes avaient lancé une accusation analogue jeudi et un journaliste de Reuters avait entendu deux fortes explosions en provenance de Tskhinvali, mais sans pouvoir en déterminer la cause.

RISQUE DE NOUVELLE GUERRE

La Russie a pris en charge la surveillance des "frontières" de l'enclave aux termes d'un accord conclu en avril et qui, selon Edouard Kokoity, prévoit aussi le déploiement de 3.700 soldats russes dans la région.

"La présence de troupes russes est insuffisante sur le territoire de l'Ossétie du Sud", a déclaré cet ancien lutteur âgé de 44 ans. "Je pense que sur notre territoire cela inclut aussi le fait de disposer d'armements plus sérieux."

Il a refusé d'indiquer combien d'effectifs supplémentaires et quels types d'armes la Russie serait censée déployer. Moscou compte également ouvrir une autre base militaire dans la région, a-t-il dit.

Les tensions perceptibles entre Sud-Ossètes et Géorgiens à l'approche du premier anniversaire de la guerre font penser à des diplomates que le risque d'un nouveau conflit armée est réel.

"Je ne veux pas de guerre, je ne veux même pas y penser", a déclaré Kokoity. "J'ai pour priorité de stabiliser la région, pas de laisser éclater une nouvelle guerre."

L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, autre région géorgienne, ont rompu avec les autorités de Tbilissi au début des années 1990, alors que s'effondrait l'Union soviétique.

Ethniquement distincts des Géorgiens, les Sud-Ossètes parlent une langue proche du farsi et disent avoir été séparés contre leur gré de la population d'Ossétie du Nord, région intégrée à la Russie.

Les voitures arrivant de Russie en Ossétie du Sud - seul moyen officiel d'entrer dans l'enclave située à 160 km au nord de la capitale géorgienne - sont accueillies par une affiche proclamant que "l'Ossétie est indivisible".

Quatre-vingt-dix-huit pour cent des Sud-Ossètes sont titulaires de passeports russes. Le russe est leur langue véhiculaire, le rouble russe leur monnaie.

Kokoity estime que la Russie n'est pas encore prête pour l'unification "parce que cela implique une très grave accusation d'annexion territoriale".

"Si l'Ossétie est unifiée, je quitterai l'arène politique pour de bon", a-t-il dit.


Source: Reuters  via Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo