Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Afrique et Moyen-Orient
17/03/2009 - 16:55

L'UA adjure l'armée de ne pas porter Rajoelina au pouvoir

L'Union africaine a adjuré l'armée malgache, à laquelle le président Marc Ravalomanana a remis ses pouvoirs ce mardi, de ne pas transférer ceux-ci à l'opposition conduite par le jeune maire d'Antananarivo Andry Rajoelina.



"Si les militaires remettent le pouvoir au maire, ce ne sera pas constitutionnel", a déclaré le Gabonais Jean Ping, président de la commission de l'UA, en estimant que ce pourrait alors être considéré comme un coup d'Etat.

L'Union africaine a décidé il y a quelques années de suspendre à l'avenir les dirigeants de ses pays membres issus de coups d'Etat. L'Union européenne a pour sa part menacé de couper son aide à tout régime malgache parvenu par la force au pouvoir.

Ping a jugé que la situation restait confuse à Antananarivo, où Ravalomanana a jeté l'éponge après deux mois de bras de fer avec l'opposition en remettant ses pouvoirs au vice-amiral Hyppolite Ramaroson, l'officier "le plus ancien dans le grade le plus élevé" au sein de l'armée.

Celle-ci a basculé ce week-end dans le camp de l'opposition et son chef d'état-major, le colonel Andre Ndriarijaona, a confié ce mardi qu'il était favorable à ce que Rajoelina dirige le pays et qu'un pouvoir dirigé par le vice-amiral mènerait "à une autre crise".

Mais celui-ci est âgé de 34 ans et la constitution actuelle prévoit que le président doit avoir 40 ans au minimum. Peu après que Ravalomanana eut jeté l'éponge, l'entourage de Rajoelina a présenté celui-ci comme le "leader d'une autorité de transition" et promis une nouvelle constitution et des élections présidentielles avant un an.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK