Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
29/05/2009 - 18:04

L'assassinat de Victor Jara exhumé

Le meurtre de Victor Jara était une énigme judiciaire, le symbole de l'impunité des bourreaux de la dictature de Pinochet. Personne ne croyait, trente-six ans après son assassinat, qu'il puisse enfin être résolu. Jusqu'à ces derniers jours.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Dans les années 60, le chanteur-compositeur chilien Victor Jara est une icône de la chanson engagée en Amérique latine. Sa guitare, son regard franc et souriant encadré de cheveux bouclés, sont l'un des symboles de l'Unité populaire menée par le président socialiste Salvador Allende, qui tente, à partir de 1970, d'instaurer le socialisme par les urnes au Chili.

 Une expérience brutalement interrompue par le coup d'Etat militaire du 11 septembre 1973 débouchant sur la dictature d'Augusto Pinochet, qui durera dix-sept ans et fera 3 000 morts et disparus, et plus de 28 000 torturés.

Stade. Dans les jours suivant le putsch, Jara est raflé à l'université technique de l'Etat de Santiago. Il est conduit au Stade Chili - qui porte aujourd'hui le nom du chanteur -, transformé en centre de détention et d'interrogatoire. On le torture, lui brisant les mains à coups de crosse. Il meurt le 16 septembre, à 40 ans.

Jusqu'ici, seul l'ancien lieutenant-colonel Mario Manriquez avait été mis en examen pour sa responsabilité «morale», puisqu'il était le chef du camp de prisonniers du Stade Chili au moment des faits. Devant le manque d'éléments nouveaux, le juge Juan Fuentes avait même failli clore le dossier l'an passé.

La semaine dernière, l'affaire a connu son plus important rebondissement. José Paredes, aujourd'hui âgé de 54 ans, «alcoolique» et «sans travail fixe», d'après la presse chilienne, avoue être l'un des auteurs matériels du crime. Cet ancien appelé du service militaire, âgé de 18 ans au moment des faits, est un de ceux qui ont tiré 44 balles dans le corps de l'artiste. Il donne des noms et lève le voile sur des détails... lire la suite de l'article sur Libération.fr


Source: Libération via Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo