Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
03/03/2009 - 21:34

L'équipe de cricket du Sri Lanka attaquée au Pakistan

Colombo- Une dizaine d'hommes armés ont attaqué le car de l'équipe de cricket du Sri Lanka dans les rues de Lahore, chef-lieu de la province pakistanaise du Pendjab, faisant au total huit morts.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Six membres de l'équipe sri-lankaise et un entraîneur britannique ont été blessés dans l'attaque, lancée alors que le convoi s'apprêtait à entrer dans le stade Kadhafi pour le troisième jour d'un test match contre le Pakistan.

Les autorités pakistanaises ont été promptes à montrer l'Inde du doigt, évoquant une possible vengeance pour les attentats commis à Bombay en novembre et dont New Delhi avait alors attribué la responsabilité à des éléments pakistanais.

Le capitaine de l'équipe sri-lankaise, Mahela Jayawardene, a rapporté que les assaillants, armés d'AK-47, de grenades et de lance-roquette, avaient commencé par tirer en direction des pneus du car."Nous nous sommes tous jetés au sol pour nous mettre à l'abri", a-t-il déclaré.

Au moins huit personnes ont été tuées, dont six policiers, au cours de la trentaine de minutes qu'a duré l'assaut, indiquent les services du Premier ministre, Yousaf Raza Gilani, dans un communiqué.

Un deuxième car, qui transportait les arbitres australiens, a également été attaqué. Son chauffeur a été tué. Les assaillants se sont dirigés après l'attaque vers un centre commercial où leur piste a apparemment été perdue. "Nous ne savons pas où ils sont", a dit le chef de la police. Les membres de l'équipe, y compris les blessés, ont ensuite été évacués par hélicoptère du stade.

La tournée de cricket, sport-roi dans le "sous-continent" indien, a été annulée et les joueurs devraient regagner prochainement leur pays.

"Cette attaque porte la marque des terroristes qui ont frappé Bombay" en novembre, a estimé le gouverneur du Pendjab, Salman Taseer.

Le ministre pakistanais des Transports maritimes a accusé l'Inde d'être derrière l'attaque, affirmant que les assaillants venaient du territoire indien.

"Les éléments que nous avons recueillis montrent que ces terroristes sont venus ici en franchissant la frontière indienne", a dit Sardar Nabil Ahmed Gabol à la télévision privée Geo. "Nous avons affaire à un complot en vue de nuire à l'image du Pakistan dans le monde."

"C'est une réponse au 26 novembre, ouvertement une déclaration de guerre de l'Inde au Pakistan", a-t-il ajouté.

L'Inde a accusé un groupe islamiste originaire du Pendjab pakistanais, le Lashkar-e-Taiba, d'avoir mené les attaques de Bombay qui ont fait 179 morts.

Réagissant à l'attaque de Lahore, New Delhi a estimé qu'il appartenait à Islamabad de répondre aux menaces d'activistes.

"Ils doivent régler ce problème, prendre leur courage à deux mains et démanteler les infrastructures" dans leur pays, a déclaré le ministre indien des Affaires étrangères, Pranab Mukherjee.

Faute de quoi, a ajouté ce dernier, "ce type d'incidents pourrait à nouveau avoir lieu". Son collègue de l'Intérieur, Palaniappan Chidambaram, a qualifié l'attaque d'"incident choquant" montrant que la sécurité autour des joueurs sri-lankais était "désespérément inadaptée".

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a dit son "indignation". "Non seulement ça constitue une négation totale du rôle international des valeurs du sport, mais c'est un très mauvais signe en ce qui concerne l'usage des bombes et le terrorisme dans la région", a-t-il dit.

La tournée de l'équipe sri-lankaise au Pakistan faisait suite à l'annulation par l'Inde d'une tournée similaire à la suite des attentats de Bombay.

En 2002, une bombe avait explosé à Karachi alors que l'équipe néo-zélandaise était en tournée. Treize personnes avaient été tuées, dont onze ingénieurs et experts navals français.

Avec Mubasher Bukhari, Augustine Anthony, Zeeshan Haider, Robert Birsel et Sahar Ahmed au Pakistan, Bappa Majumdar et Krittivas Mukherjee à New Delhi, version française Jean-Stéphane Brosse, Guy Kerivel et Grégory Schwartz


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo