Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Sénégal d'Aujourd'hui
07/07/2009 - 14:42

L’imminence de la dissolution du Sénat

La dissolution du Sénat semble imminente selon nos sources. Ce week-end, le Président de la République a reçu le Président de l’Assemblée nationale, Mamadou Seck et Abdou Fall Vice président à l’Assemblée Nationale.



Lors de cette rencontre, le Président Wade a évoqué plusieurs questions concernant son parti surtout. Et selon nos sources, le Chef de l’Etat s’est confié à ses proches sur son intention de dissoudre le Sénat. Le Président Wade semble ferme dans sa décision. Au-delà des questions économiques, le Président Wade entend faire preuve d’une bonne volonté à l’égard de son opposition qu’il va bientôt recevoir. Car il faut le préciser en plus de la dissolution du Sénat, Benno souhaite voir le Sénat disparaître. On ignore ce qui se passe mais ce qui est certain c’est que Wade va dans tous les sens.

Hôteliers

Le Syndicat national des travailleurs de l'hôtellerie, de la restauration, des cafés, bars et casinos du Sénégal (Snthrcbs) organise une marche nationale, le mardi 7 juillet. Cette marche partira de la place de l'Obélisque pour aboutir devant la Rts. Ensuite, une délégation du bureau national du Snthrcbs se rendra au ministère du Tourisme où un mémorandum sera remis au ministre.
La marche a pour but de : - dénoncer les difficultés que rencontre le secteur du Tourisme et de l'Hôtellerie en particulier, et d'alerter les autorités compétentes sur les dérives et manquements qui constituent une menace pour la survie du secteur, car mettant en péril les emplois, - demander aux autorités de reconsidérer leur politique en matière de Tourisme. Ce secteur occupe une place prépondérante dans l'Economie de notre pays. L'une des difficultés majeures que connaît le secteur du Tourisme, c'est la prolifération anarchique des auberges, résidences meublées et hôtels clandestins qui mènent une concurrence déloyale et malsaine aux établissements régulièrement installés.

Hôteliers (bis)

Par ailleurs, le Snthrcbs demande solennellement à l'Etat de liquider les droits des travailleurs de l'hôtel Indépendance, compte tenu du caractère urgent de ce dossier et, réclame le paiement de six mois d'arriérés de salaires allant de janvier à juin 2009. Le Snthrcbs exige la présence de représentants des travailleurs dans le Conseil d'Orientation de l'Agence Nationale pour la Promotion Touristique (Anpt). Le Snthrbs réclame également une augmentation des salaires de 50% et une prime de nourriture. Il demande l'octroi d’une indemnité de logement à tous les travailleurs, la mise à disposition de moyens adéquats pour les inspections régionales de travail pour qu'elles puissent accomplir correctement leur mission. Le Snthrcbs continue d'exiger la baisse jusqu'à 5% de la Tva dans le secteur du tourisme et attire l'attention des autorités sur l'inadéquation Formation/Emploi causée par une mauvaise structuration de la politique scolaire; technique et universitaire.

BTP

Les syndicalistes du Btp s’organisent. Ils ont porté à la connaissance du public que le Syndicat National des Entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics (Snbtp), sous l’égide de la Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal (Cnes) organise une conférence de presse sur la situation économique et sociale du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, aujourd’hui dans un hôtel de la place.

«Kawone»

C’est le week-end dernier qu’a eu lieu le Gamou annuel de Kawone. Le Premier Ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a été l’invité d’honneur. Selon les griots du coin, le maire de Guiguénao est un descendant de roi, tout le contraire de l’ancien Ministre très excessif de Wade. Lors de la cérémonie, un fait est survenu. Comme à ses habitudes, cet ex «Ministron» de Wade limogé pour une affaire de banditisme a voulu perturber les dispositifs pris pour les Ministres. Le gars ayant oublié sans nul doute qu’il n’est plus de cette dynastie des «haut-haut» a voulu occuper un siége réservé au Ministre Kalidou Diallo. Mais il fallait le voir avec les organisateurs qui lui ont intimé l’ordre de changer de place. «Ndeyessane» comme un petit mendiant sans soulier, le gars s’est retiré tête basse. L’on se demande s’il n’a pas écrasé quelques gouttes de larmes.

Michael Jackson

C’est aujourd’hui que doivent avoir lieu l’enterrement et les obsèques de Michael Jackson au Forest Lawn musical park, un cimetière qui a accueilli des artistes aussi illustres que Nat King Cole mais aussi des acteurs comme Humphrey Bogart, Clark Gable et aussi Wall Disney..17 000 personnes inscrites sur Internet et tirées au sort auront le privilège d’assister à l’enterrement et tenez vous bien certains heureux «élus» n’ont pas hésité à vendre leur place jusqu’à 100.000 dollars. Il est vrai que ceux sont 1,6 million de personnes qui sont attendues à Los Angeles. La question à savoir si Michael, converti à l’Islam, est toujours musulman, reste d’actualité

Chef espion dénudé

Curieuse mésaventure que celle qui est arrivée à John Sawers, chef du M 6, le service secret britannique. Figurez vous que son épouse n’a trouvé rien de mieux à faire que de mettre des photos dénudées de lui sur Face book. L’affaire a fait, comme on s’en doute, grand bruit en Grande Bretagne et notre chef-espion, mis à nu, est devenu la coqueluche des médias, même si un espion sans couverture ne sert plus à grand-chose.

Le Sénégalais de Sarko
Les 8 personnes interpellées dans l’affaire de piraterie informatique touchant le compte bancaire du Président français étaient hier matin devant la barre du tribunal. Parmi eux un sénégalais du nom de Ama Mbodj. Ces «pirates» d’un genre très spécial avaient pour objectif final d’escroquer des téléphones portables en se servant des coordonnées bancaires de leurs victimes. Mais ils n’avaient pas compté avec le Président français qui en vérifiant ses relevés bancaires a constaté qu’on lui retirait régulièrement de petites sommes destinées à payer un abonnement SFR.

Jamra /CPI

Ça jubile fort chez les barbus de JAMRA ! La célèbre Ong islamique, fondée par le défunt Député Abdou Latif Guèye, et présentement managée l’Imam Massamba Diop et Cie, était montée au créneau, le 9 juin dernier, en dénonçant dans une résolution au vitriol l’attitude de la Cour pénale internationale (Cpi), qu’elle soupçonnait de vouloir instituer «une justice pénale internationale à deux vitesse : l’une faite pour les riches et l’autre ne devant s’appliquer qu’aux pauvres». Et JAMRA de pousser le bouchon plus loin en demandant aux chefs d’Etats africains de refuser «cet acharnement de la Cpi contre les dirigeants africains» (ndlr : faisant allusion à l’arrestation de Jean Pierre Bemba de la Rdc, de Charles Taylor du Libéria et du mandat d’arrêt lancé contre Oumar El Béchir du Soudan), «comme si rien ne s’était passé en Irak, avec l’invasion américaine, ou en Cisjordanie et Gaza, où l’Armée sioniste a assassiné des femmes et des enfants, en violation de toutes les Conventions de Genève».

Jamra/ CPI (bis)

Eh bien les chefs d’Etat africains, présents au Sommet de l’Union africaine, à Syrte (Libye) viennent de décider de ne plus coopérer avec la Cpi, pour protester contre la fin de non-recevoir que le Conseil de sécurité a réservé à leur requête, portant suspension du mandat d’arrêt lancé par la Cpi contre Omar El Béchir. Ce, conformément à l’article 98 du Statut de Rome, paraphé par les 60 Etats membres, consacrant l’immunité des présidents en exercice. Le Sommet de Syrte considère que ce mandat d’arrêt sape les efforts déployés pour un règlement rapide et global du conflit au Soudan. Le Guide libyen, Mouammar El Khadafi s’est beaucoup distingué dans cette croisade anti-Cpi, qu’il considère comme «un instrument entre les mains des occidentaux pour établir un nouveau terrorisme mondial». Tout en considérant l’avènement de la Cpi comme une occasion salutaire pour l’Afrique de lutter contre l’impunité, JAMRA n’en avait pas moins souhaité que les pays africains se retirent de cette juridiction, «jusqu’à ce que la Cpi accepte de traiter tous les criminels de guerre sur un même pied d’égalité». La cause est entendue !


Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces