Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

La Bourse en Direct
18/03/2009 - 19:01

La Bourse de Paris s'accorde une pause

La Bourse de Paris a fini en légère baisse ce mercredi, le CAC 40 perdant 0,25%, prolongeant son repli de la veille, dans un marché qui prend des bénéfices et cherche un second souffle



L'indice vedette a lâché 6,94 points à 2.760,34 points dans un volume d'échanges réduit de 2,588 milliards d'euros. Mardi, il avait perdu 0,87%, mettant un terme à cinq séances de hausse lors desquelles il avait gagné 10,91%.

Londres a perdu 1,35% tandis que Francfort a pris 0,21% et l'Eurostoxx 50 0,20%.

"Le marché reprend son souffle. C'est légitime qu'il baisse un peu et qu'on prenne des bénéfices", estime Arnaud de Champvallier, directeur de la gestion chez Turgot Asset Management.

Après avoir ouvert en hausse, le marché parisien est rapidement passé dans le rouge, dans le sillage de Wall Street qui se montrait attentiste avant la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) dont le communiqué était attendu vers 19H15 (18H15 GMT).

Les publications macroéconomiques ont été en outre "assez logiques et n'ont rien révélé de surprenant", note M. de Champvallier.

Le nombre de chômeurs au Royaume-Uni a dépassé en janvier les deux millions pour la première fois depuis 1997, la barre des trois millions étant en vue. Le taux de chômage a lui grimpé de 0,5 point, à 6,5%

"C'est une mauvaise nouvelle, mais c'était anticipé", commente le gérant.

Aux Etats-Unis, le déficit des comptes courants a été au quatrième trimestre 2008 le plus faible depuis la même période de 2003. L'inflation a accéléré en février, progressant de 0,4% par rapport au mois précédent et de 0,2% en glissement annuel.

Pour le gérant, le marché parisien, qui est "à fleur de peau", vit "une période charnière".

"Une mauvaise nouvelle peut le faire baisser fortement, peut-être autour des 2.500 points", précise-t-il.

Toutefois, le rebond de ces derniers jours avait été mené par les valeurs bancaires, pour lesquelles "les plus mauvaises nouvelles ont été prises en compte par le marché", ce qui augure plutôt bien des jours à venir, relève M. de Champvellier.

Les valeurs financières sont d'ailleurs une nouvelle fois sorties du lot mercredi, signe que les investisseurs sont prêts à prendre un peu plus de risques.

Axa a pris 2,48% à 8,38 euros, Crédit Agricole 0,11% à 8,11 euros, Dexia 3,54% à 2,25 euros et Société Générale 3,93% à 27,91 euros. De leurs côtés, BNP Paribas et Natixis ont plutôt bien résisté ne cédant respectivement que 0,50% à 31,54 euros et 0,08% à 1,25 euro.

Les valeurs défensives, moins sensibles à la conjoncture économique, ont été bien orientées à l'image de Sanofi-Aventis (+1,58% à 42,42 euros) et Vivendi (+0,99% à 19,39 euro).

Thomson s'est envolé (+9,07% à 0,59 euro). La Société Générale a franchi en hausse le seuil des 5% du capital et des droits de vote du groupe.

Rhodia a pris 8,02% à 2,56 euros.

JCDecaux a bondi (+6,68% à 8,31 euros). L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé de stable à négative la perspective du groupe mais a confirmé les notes de ses dettes à court et long terme.

En revanche, Total a perdu 1,61% à 37,22 euros. Les stocks de produits pétroliers ont de nouveau fortement progressé la semaine dernière aux Etats-Unis, avec notamment un bond surprise des réserves d'essence.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo