Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
Rss
pour y être
France
10/06/2009 - 19:33

La meurtrière d'Edouard Stern demande pardon

Le procès de la meurtrière du banquier français Edouard Stern s'est ouvert ce mercredi devant la Cour d'assises de Genève, en présence d'un nombreux public et de dizaines de journalistes.



La Française Cécile Brossard., 40 ans, qui comparaît pour meurtre jusqu'au 19 juin prochain, a demandé pardon à l'ex-femme de son ancien amant et à leurs enfants.

"Je voudrais demander pardon à Mme Stern et à ses enfants. Je sais que c'est faire une offense, car on ne peut pas pardonner une chose aussi abominable. J'ai le coeur plein de remords", a dit l'accusée en larmes devant la Cour. "J'ai demandé à Mme Stern si ma mort la soulagerait, elle m'a répondu que non".

Vêtue de bleu foncé, sans maquillage, les cheveux noués en chignon, elle a affirmé qu'il ne s'agissait pas d'une question d'argent, mais d'amour. "Je ne veux pas que ce procès salisse sa mémoire; Edouard Stern n'était pas un homme abominable, mais le plus merveilleux des hommes".

Le 28 février 2005, la Française avait abattu de quatre balles après une relation sexuelle Edouard Stern, 50 ans, 38e fortune de France. Son corps avait été retrouvé vêtu d'une combinaison de latex. Un litige financier portant sur un million de dollars, que Stern lui aurait promis avant de se raviser, divisait les deux amants.

Lors d'une dispute le jour du drame, le banquier, affirme-t-elle, lui aurait lancé: "Un million de dollars, c'est cher pour une pute". La jeune femme aurait alors vu rouge.

Le procès a attiré un nombreux public et des dizaines de journalistes suisses et français. Deux des trois enfants aujourd'hui adultes de la victime, qui se sont portés partie civile, ont assisté à l'audience durant une partie de la matinée. A leur demande, ils ont été entendus à huis-clos par la Cour.

Leur mère, Béatrice David-Weill, a également apporté son témoignage. "J'ai aimé Edouard Stern et je continue à l'aimer", a-t-elle déclaré. Elle a expliqué que le banquier était resté très proche de ses enfants après le divorce en 1999 et qu'il leur manquait beaucoup. "Il a toujours été extrêmement présent. Il était exigeant, mais il leur apprenait ses valeurs".

Madame David-Weill a aussi souligné que son mari était très gentil, mais parfois colérique. Soupe au lait, il explosait mais cela ne durait jamais longtemps. Il ne s'est jamais montré méprisant et était au contraire toujours très respectueux. "On a appris par la presse comment il était décédé. Cela a rajouté de la douleur et cela a été un choc", a-t-elle aussi déclaré.

L'ami de Cécile Brossard, un naturopathe de 21 ans son aîné, qui l'entretenait financièrement à Montreux, a également présenté sa version des faits. Selon lui, l'accusée était très malheureuse les dernières années. Et de rapporter plusieurs épisodes où Edouard Stern harcelait l'accusée du matin au soir, la surveillait en vêtements de chasse, proférait des menaces. Le naturopathe ignorait qu'Edouard Stern était son amant: elle lui avait expliqué qu'elle était sa "secrétaire sexuelle chargée de lui trouver de la chair fraîche". Lors des interrogatoires de la police, le couple s'était entendu sur une version des faits commune, et l'homme a ensuite craqué.

Les inspecteurs de police en charge de l'enquête ont également été appelés à la barre. Ils ont rapporté comment ils avaient rapidement soupçonné la jeune femme: entendue à plusieurs reprises par la police, l'accusée a donné quatre versions différentes, niant au départ toute implication dans le meurtre de son ancien amant.

Cécile Brossard, arrêtée deux semaines après le meurtre, était passée aux aveux au terme d'une journée entière d'interrogatoire. Incarcérée depuis 2005, elle a tenté de mettre fin à ses jours en se coupant les veines avec une lame de rasoir.

La défense plaide le meurtre passionnel, crime passible de dix ans de réclusion au maximum. Le Ministère public et la partie civile plaident le meurtre, dont la peine maximale est de 20 ans de réclusion.

Des dizaines de témoins, dont de nombreuses personnalités françaises, sont convoquées pour ce procès. Jeudi matin, la Cour entendra notamment l'auteur de l'expertise psychiatrique de l'accusée. Le verdict sera rendu ultérieurement.


Source: Associated Presse via Yahoo News

Awa Diakhate








Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League







Partageons sur FacebooK
Petites annonces