Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
31/03/2009 - 14:04

Le G20 converge sur la position européenne

Une convergence de vues existe au sein du G20 autour de la position européenne qui est axée sur une réforme de la régulation financière, estime le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Lors d'une conférence de presse, à l'avant-veille de la réunion du G20 à Londres, le président de l'exécutif communautaire a indiqué que la rencontre devait permettre de s'engager sur les stratégies de sortie des déficits publics et la réforme du Fonds monétaire international (FMI).

"Il y a une convergence autour des positions européennes", a-t-il déclaré, ajoutant que le monde avait "besoin d'une relance de la gouvernance globale qui reflète le 21e siècle".

"Et quand je parle de relance, je parle de relance en termes de demande, de confiance, de gouvernance globale, une relance du commerce et une relance de l'aide au développement", a-t-il dit.

"Le défi est aussi celui d'une réforme rapide, cohérente et globale de la régulation des marchés", a-t-il poursuivi.

La Commission européenne a présenté le 4 mars une liste de pistes de réforme sur lesquelles les Etats membres de l'UE s'appuieront lors de cette réunion.

Ces propositions prévoient un renforcement des règles en matière de fonds propres des banques, de supervision et de transparence sur les marchés de dérivés de crédit, de supervision et de régulation des fonds spéculatifs et des groupes de capital-investissement, de lutte contre les paradis fiscaux, ainsi qu'un meilleur encadrement des rémunérations.

Les Vingt-Sept ont aussi dit à plusieurs reprises qu'ils soutenaient le rapport de l'ancien gouverneur de la Banque de France et ex-directeur général du Fonds monétaire international Jacques de Larosière, qui préconise la création de deux nouvelles entités de régulation et supervision, dont l'une devrait être placée sous la responsabilité de la Banque centrale européenne (BCE).

Interrogé sur les chances de voir le G20 se traduire par des réformes concrètes, le président de la Commission a estimé que c'était "maintenant ou jamais".

"Si on ne fait rien maintenant, si nous ne trouvons pas maintenant un consensus sur la supervision financière (...) quand allons-nous le faire ?", a-t-il dit, précisant que l'Europe chercherait à obtenir un accord sur cinq points : la relance économique, la réforme des marchés financiers, la gouvernance globale, la lutte contre le protectionnisme et l'aide au développement.

Concernant la gouvernance mondiale et plus particulièrement la réforme du FMI, José Manuel Barroso a fait valoir que la position de la Chine ou celle de l'Inde devaient être mieux prises en compte.

"Les économies émergentes doivent avoir une part équitable. Les Etats membres de l'UE devront être flexibles sur les moyens d'y parvenir", a-t-il insisté.

En parallèle, les Vingt-Sept étaient convenus mi-mars de mettre 75 milliards d'euros supplémentaires à la disposition du FMI pour venir en aide aux économies les plus touchées par la crise, dans le cadre d'un doublement des ressources du fonds qui, à terme, devraient atteindre les 500 milliards de dollars.

Au même moment, lors d'un sommet européen à Bruxelles, ils avaient refusé d'augmenter les moyens consacrés à leurs plans de relance, un point sur lequel a de nouveau insisté José Manuel Barroso mardi, même si les stratégies de sortie des déficits seront évoquées à Londres.

"La priorité va à la mise en oeuvre des plans de relances déjà annoncés (...) Nous devons dépenser mais nous devons aussi être capable de rembourser cet argent", a-t-il déclaré.

Au delà des aspects économiques et financiers de la crise, le président de la Commission a affirmé que les chefs d'Etat et de gouvernement présents autour de la table du G20 ne laisseraient pas de côté les questions de l'emploi, du changement climatique et de l'aide au développement.

"Nous devons nous assurer que les pays en développement ne seront pas oubliés, en particulier les pays africains, et la Commission y sera très attentive", a-t-il dit.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo