Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
21/05/2021 - 20:59

Le SMS qui fait craindre une répression à la fin de la guerre

Un message provenant d'un numéro local s'est affiché sur le téléphone d'Omar*, prétendant être celui des services de renseignement israéliens et l'informant qu'il allait bientôt être arrêté.



Le jeune Palestinien avait été invité à se porter volontaire comme infirmier dans le complexe Al-Aqsa de Jérusalem, où l'on attendait des foules de fidèles plus nombreuses que d'habitude pendant le mois sacré du Ramadan.

Mais les tensions qui couvent dans la ville contestée ont atteint leur paroxysme la semaine dernière, avec des scènes où les forces israéliennes ont pris d'assaut à plusieurs reprises la mosquée, troisième site le plus sacré de l'islam, à coups de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogènes. À l'extérieur, des manifestants palestiniens ont lancé des pierres et des bouteilles.

Cet acte a suscité un tollé international et le groupe militant Hamas à Gaza a déclaré que c'était la raison de son barrage de roquettes en direction de Jérusalem, déclenchant une quasi guerre.

Pour Omar, cela signifie qu'il est passé de la prise en charge de personnes âgées à la réparation de personnes blessées par des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc.

Et puis, après une journée particulièrement violente dimanche dernier, où 300 Palestiniens ont été blessés aux côtés de membres des forces de police israéliennes, il a reçu un message sur son téléphone portable.

"Bonjour !" peut-on lire en arabe.

"Vous avez été identifié comme une personne ayant participé à des actes de violence à la mosquée Al-Aqsa. Nous allons vous inculper. Renseignements israéliens."

Omar n'est qu'un des dizaines de Palestiniens dont The Independent a appris qu'ils avaient reçu un message similaire.

Dans son cas, rien ne s'est produit, mais d'autres personnes ayant reçu le même texte ont été arrêtées par la suite, selon Adalah - le centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël.

L'ONG était tellement préoccupée par la nature menaçante des messages et la violation de la vie privée qu'elle a envoyé la semaine dernière une lettre urgente au procureur général israélien Avichai Mandelblit et à Nadav Argaman, directeur de l'agence de sécurité intérieure Shin Bet, pour demander l'arrêt de la pratique signalée par l'agence.

Le Shin Bet n'a pas nié catégoriquement son implication dans ces messages, déclarant aux médias israéliens : "Nous ne faisons pas de commentaires sur les activités opérationnelles".

La police israélienne a déclaré à The Independent qu'elle n'avait aucune information sur ces messages.

Myssana Morany, d'Adalah, a déclaré qu'elle était particulièrement préoccupée par cette affaire qui survient au milieu d'une vague presque sans précédent d'arrestations en Israël, parallèlement à une répression contre les Palestiniens en Cisjordanie occupée.

Bien qu'il existe des preuves bien documentées d'une vague de violence perpétrée par des citoyens israéliens arabes et juifs, notamment des quasi-lynchages, des fusillades, des attaques à l'arme blanche et des attentats à la bombe, ainsi que des tactiques policières musclées, l'écrasante majorité des arrestations concerne des Palestiniens. Des vidéos partagées avec The Independent montrent des résidents juifs tentant de s'introduire dans une maison de la ville mixte arabo-juive de Haïfa, ou marquant des portes à Lod pour revenir attaquer plus tard.

"En Israël, le nombre d'arrestations n'a jamais été aussi élevé, peut-être depuis la deuxième Intifada", a déclaré Mme Morany à The Independent.

Elle ajoute que les données de la police citées par les médias israéliens montrent que les procureurs ont inculpé 116 personnes - toutes arabes - dans le cadre de ces violences, principalement pour avoir agressé des policiers.

D'après The Independent, seules deux personnes juives ont été inculpées. Il s'agissait d'un quasi-lynchage brutal d'un citoyen arabe à Bat Yam, près de Tel Aviv, qui a été diffusé en direct à l'antenne et a fait les gros titres dans le monde entier.

Ainsi, en Israël, en Cisjordanie occupée et à Jérusalem, les groupes de défense des droits affirment que les Palestiniens se préparent à une répression féroce, en particulier lorsque les combats entre l'armée israélienne et les militants de Gaza auront pris fin et que les dirigeants politiques israéliens auront tourné leur attention vers l'intérieur.

Des rumeurs non confirmées ont fait état mercredi soir de l'imminence d'un cessez-le-feu entre les deux parties.

"Nous nous attendons à ce que la campagne d'arrestations massives à Jérusalem et en Cisjordanie commence alors", a déclaré Sahar Francis d'Addameer, une ONG palestinienne travaillant sur les prisonniers.

The Independent n'a pas eu confirmation du nombre exact d'arrestations en Cisjordanie, bien que certaines informations indiquent qu'elles se comptent par centaines.

Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne, a confirmé à The Independent que 1 080 personnes ont déjà été arrêtées en Israël, dont beaucoup pour avoir agressé des policiers.

"La grande majorité sont des citoyens arabes d'Israël", aux côtés de "seulement quelques centaines de résidents juifs", a-t-il déclaré, ajoutant que la police pense que les Arabes-Israéliens sont en grande majorité responsables de l'instigation des violences.

Les groupes de défense des droits réfutent ces affirmations et affirment que dans des zones comme Jaffa-Tel Aviv, par exemple, les résidents palestiniens ont dû faire face à des foules d'Israéliens juifs extrémistes en colère qui attaquaient des maisons et des édifices religieux.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest