Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Amériques
21/05/2021 - 21:16

Le Texas exécute un homme sans médias témoins

Lorsque Quintin Jones a été exécuté par injection létale mercredi, aucun représentant des médias n'était présent pour y assister.



C'est parce qu'ils n'ont pas été invités. Selon le gouvernement du Texas, où M. Jones a été exécuté, les responsables de la prison ont accidentellement négligé de faire venir les journalistes prévus pour témoigner, comme il est d'usage pour les exécutions dans cet État.

"En raison d'une mauvaise communication entre les responsables du département de la justice pénale du Texas, il n'y a jamais eu d'appel pour convoquer les médias témoins dans l'unité", a déclaré le département de la justice pénale du Texas dans un communiqué. "Nous nous excusons pour cette erreur critique. L'agence enquête pour déterminer exactement ce qui s'est passé afin de s'assurer que cela ne se reproduise pas."

Lorsque M. Jones est décédé, des journalistes de l'Associated Press et du Huntsville Item auraient attendu dans un bureau de l'autre côté de la rue. Un employé de la prison était censé venir les chercher, mais ne l'a jamais fait.

M. Jones, qui avait 41 ans, avait été condamné pour le meurtre de sa grand-tante, Berthena Bryant, en 1999. Son exécution a été la première en 40 ans à se dérouler sans la présence de journalistes.

Les détracteurs de la peine de mort ont dénoncé cette "erreur". L'Union américaine pour les libertés civiles a demandé une enquête sur ce qui s'est passé. Robert Dunham, directeur du Death Penalty Information Center, a mis en doute la compétence du système judiciaire texan.

"Si l'État qui a le plus d'expérience en matière d'exécutions n'a pas la compétence nécessaire pour mener à bien cette fonction d'exécution la plus élémentaire, qu'est-ce que cela nous dit sur les autres aspects du processus d'exécution dont on ne peut pas faire confiance aux États pour les réaliser correctement ?" a-t-il demandé au Washington Post.

"Si vous pouvez bâcler cela, il n'y a vraiment rien d'autre dans le processus, à part l'exécution de la mauvaise personne, que vous ne pouvez bâcler".

L'un des journalistes qui devait être présent dans la salle était Joseph Brown, rédacteur en chef du Huntsville Item. Il s'est également opposé à l'omission, soulignant que la presse fournit une responsabilité importante pour les exécutions.

"Il est vital que nous soyons là, parce qu'ils ne vont pas enregistrer les nuances, comme quelqu'un qui dit 'ça brûle' ou qui prend de grandes respirations", a déclaré M. Brown au New York Times.

Des proches de M. Jones, y compris des proches de Mme Bryant, ont supplié le gouvernement du Texas d'épargner sa vie, mais cela leur a été refusé.

"Comme j'étais très proche de Bert, sa mort m'a beaucoup blessée", a écrit Mattie Long, la sœur de Mme Bryant, dans une lettre adressée au Texas Board of Pardons and Paroles. "Quintin ne peut pas la ramener. Je ne peux pas la ramener. Je vous écris pour vous demander d'épargner la vie de Quintin."

À la place des journalistes, le système pénitentiaire du Texas a enregistré les derniers mots de M. Jones.

"J'espère avoir laissé à tout le monde une assiette de nourriture pleine de souvenirs heureux, de bonheur et sans tristesse", a-t-il déclaré peu avant sa mort.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest