Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
29/07/2009 - 22:15

Le bilan des troubles au Nigeria s'alourdit à 180 morts

Les forces de sécurité nigérianes ont libéré des dizaines de femmes et d'enfants membres de la secte islamiste Boko Haram, à l'origine de violences qui ont fait plus de 180 morts depuis dimanche.



Soldats et policiers ont passé au peigne fin la ville de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, allant de maison en maison à la recherche des partisans de cette secte. Une centaine de personnes ont été arrêtées dans la ville, où des tirs sporadiques d'armes automatiques ont retenti toute la journée.

Un complexe appartenant à Mohamed Yusuf, le leader de Boko Haram, a été encerclé et bombardé par les forces de sécurité équipées de véhicules de transport de troupes blindés. Plusieurs bâtiments, dont une petite mosquée, ont été détruits mais l'imam radical reste introuvable.

La police dit avoir libéré au cours de cette opération près d'une centaine de femmes et d'enfants, dont les maris et les pères sont des fidèles de Mohamed Yusuf. Les membres de la secte refusent que leurs femmes soient vues par d'autres hommes et imposent à leurs enfants une stricte éducation coranique.

Armés de coupe-coupe, de couteaux, de fusils de chasse et de bouteilles incendiaires, les partisans de Mohamed Yusuf ont attaqué des églises, des commissariats de police, des prisons et des édifices publics ces derniers jours.

Ils entendaient protester contre l'arrestation de certains de leurs chefs dimanche dans l'Etat de Bauchi. Le soulèvement a ensuite gagné les Etats septentrionaux de Kano, Yobé et Borno.

Le Boko Haram souhaite étendre la "charia" (loi islamique), appliquée dans 12 des 36 Etats du Nigeria, à l'ensemble du pays le plus peuplé d'Afrique. Son gourou est accusé d'avoir embrigadé des étudiants au chômage et des jeunes illettrés dans une campagne violente contre les élites au pouvoir.

"Boko Haram" signifie "L'éducation occidentale est un péché" en langue haoussa, très usitée dans le nord du Nigeria. Cette secte a pour modèle le mouvement taliban présent en Afghanistan et est parfois présentée comme "les taliban du Nigeria".

Dans l'Etat de Kano, à un demi-millier de km à l'ouest de Borno, la police affirme avoir arrêté 53 activistes, dont le numéro deux du mouvement dans la région. Les forces de sécurité ont reçu l'ordre de détruire la maison et la mosquée du leader de la secte dans cet Etat.

Plusieurs arrestations ont aussi eu lieu dans l'Etat de Sokoto, à l'extrême nord-ouest du pays.

Le président nigérian Umaru Yar'Adua, qui a ordonné aux forces de l'ordre de prendre toutes les mesures nécessaires pour contenir les islamistes, a tenu une réunion mardi avec des responsables de la sécurité et des gouverneurs d'Etat.

"Ces gens sont organisés, s'infiltrent dans notre société, se procurent des armes et rassemblent des informations sur la manière de fabriquer des explosifs et des bombes afin d'imposer leur vision au reste des Nigérians", a-t-il dit.

Le chef de l'Etat a promis que l'opération en cours permettrait de "neutraliser" tous les activistes.

Selon la police de Maiduguri, 90 émeutiers ont été tués dans la ville, ainsi que huit policiers, deux soldats et trois responsables de prison.

Une cinquantaine de personnes avaient été tuées dimanche dans l'Etat de Bauchi et quelques autres ont péri à Kano et Yobé.

Plusieurs milliers d'habitants de Maiduguri ont trouvé refuge mardi dans des casernes de l'armée pour fuir les violences.

Le Nigeria, un pays d'environ 140 millions d'habitants, compte plus de 200 groupes ethniques qui cohabitent généralement en paix même si les tensions tribales ou inter religieuses y débouchent parfois sur des affrontements meurtriers.


Source: Reuters via Yhaoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK