Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Amériques
20/10/2009 - 16:10

Le faux départ de Barack Obama au Proche-Orient

Il semble que des lustres se soient écoulés depuis que Barack Obama a prononcé au Caire son discours de la main tendue au monde musulman. Le président américain avait décrit avec justesse la 'douleur de la dislocation' des Palestiniens.



Moins de cinq mois après, ses efforts pour relancer le processus de paix israélo-palestinien n'ont abouti à aucune percée. Cette absence de résultat n'aurait rien d'exceptionnel à l'aune de tant d''accords' et de vains 'processus' de paix, si un triple revers n'avait été infligé au mouvement palestinien.

Mal conseillé ou trop confiant dans son charisme personnel, M. Obama s'est attaqué à la reprise des négociations en exigeant des Israéliens qu'ils acceptent au préalable un gel total de la colonisation juive en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Enhardi par un tel parrainage, Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, en a fait une condition sine qua non d'une reprise des pourparlers avec le gouvernement israélien.

Cette stratégie méconnaissait une double réalité : même si nombre d'Israéliens ne sont pas favorables à la colonisation sauvage des territoires palestiniens, la légitimité de la colonisation, fondement historique de l'Etat d'Israël, imprègne fortement les mentalités. Le gouvernement jusqu'au-boutiste du premier ministre israélien est partisan de la poursuite des implantations. Benyamin Nétanyahou ne refera pas l'erreur de s'aliéner le soutien des partis qui constituent sa majorité, qui lui a coûté le pouvoir en 1999.

Il a donc tenu bon, et Washington, comprenant que l'objectif d'un gel total de la colonisation était inatteignable, s'est rabattu sur l'idée qu'il fallait 'contenir' celle-ci. Pour M. Abbas, ce revirement équivalait à un camouflet. Ce ne fut pas le seul. Soumis à une forte pression américaine, le chef de l'Autorité palestinienne a dû accepter de se rendre à New York pour y serrer la main de M. Nétanyahou. Cette photo tant désirée par M. Obama ne scellait aucun rapprochement des positions.... lire la suite de l'article sur Le Monde.fr


Source: Le Monde via Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK