Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
13/08/2009 - 15:40

Le père de Clotilde Reiss espère sa libération dès ce jeudi

Le père de Clotilde Reiss, emprisonnée en Iran pour espionnage, espère la libération conditionnelle de sa fille dès ce jeudi.



Les autorités françaises ont dit mercredi accepter de verser une caution pour la remise en liberté conditionnelle de la jeune femme de 24 ans arrêtée pour avoir diffusé des photos de manifestations qui avaient suivi la réélection controversée de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence iranienne, en juin.

"Le scénario le plus plausible et tel que nous l'attendons c'est une libération conditionnelle dans les heures qui viennent, c'est-à-dire ce matin", a déclaré Rémi Reiss sur France Inter.

"Si cela ne pouvait pas avoir lieu ce matin ou dans la journée, compte tenu que le vendredi est un jour sans travail en Iran, on l'attendrait samedi", a-t-il ajouté.

"Je n'ai aucune assurance, c'est une supposition", a-t-il précisé. "Tous les éléments matériels étaient rassemblés hier après-midi et prêts à être remis aux autorités iraniennes donc c'est une question purement pratique", a expliqué le père de la jeune universitaire française.

Il a ajouté ne pas connaître le montant exact de la caution, évoquant une somme de "quelques centaines de milliers d'euros".

Mercredi, la justice iranienne a précisé que le procès de Clotilde Reiss était terminé mais qu'en cas de remise en liberté sous caution, elle ne pourrait pas pour autant quitter le pays, le jugement n'ayant pas été rendu.

"Je sais qu'elle est seule maintenant dans sa cellule, je sais que ce qu'elle a vécu est une épreuve et je crois savoir qu'il est temps que la plaisanterie se termine parce que cela devient difficile à vivre pour elle", a insisté son père sur France Inter. "Clotilde n'est coupable de rien dans cette affaire."

La France a fait savoir à plusieurs reprises qu'elle était prête à accueillir Clotilde Reiss à son ambassade à Téhéran, ce qui constituerait une "première étape" avant l'abandon des poursuites contre la jeune femme.

Paris dénonce depuis l'origine le caractère "hautement fantaisiste" des accusations portées contre la jeune femme qui n'est, selon le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, "coupable de rien du tout".


Source: Reuters via Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise