Sommaire
Sénégal d'Aujourd'hui
07/09/2009 - 19:15

Le président Wade revient avec de nombreux cadeaux

En réalité, le Chef de l’Etat n’était pas en vacances, comme le laissent entendre ses opposants politiques et autres. Le président de la République, comme l’a dit le ministre Mamadou Lamine Keïta, sait tout ce qui se passe dans le pays depuis l’étranger.



Mieux, Me Abdoulaye Wade a décroché d’importantes affaires pour les Sénégalais, révèlent nos sources. Concernant les délestages, il aurait trouvé une solution radicale avec des partenaires. A les en croire, les problèmes au niveau de la Senelec ne seront plus que de vieux souvenirs. Mais ce n’est pas tout. L’autre bonne nouvelle sera annoncée aux Sénégalais par le président Wade, lui-même, dès sa descente d’avion. Et comme à tout seigneur tout honneur, nos sources nous ont suppliés de garder l’information et d’en laisser la primeur au père de Karim. Car l’effet surprise semble important, selon elles. Dans tous les cas, le président rentrera à bord d’un avion plein de cadeaux. Rendez-vous donc à 13 heures au Salon d’Honneur de l’aéroport LSS, s’il n’y a pas encore faux bon de la part du «Vieux», comme c’était le cas le vendredi dernier.


Assistance

Hier, le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé a rendu visite aux populations qui ont fui leurs villages pour se refugier dans la Commune. C’est à cause des attaques rebelles dans le Sud du pays. Pour les soulager, Baldé leur a octroyé cinq tonnes de riz et deux tonnes de sucre à ces populations qui étaient très satisfaites de recevoir leur maire. L’édile de la ville de «Zig» a promis des soutiens à ces dernières, qui disent en avoir assez de la «guerre». Abdoulaye Baldé n’a pas manqué de mettre les pieds dans le plat en fustigeant le comportement de certaines personnes dans le dossier de la Casamance.

Rebelles

Aujourd’hui, avec la recrudescence de la violence, certains doivent avoir des remords en voyant des personnes mourir dans le Sud du pays. Combien sont-ils, ces gens qui ont toujours fait croire aux autorités que le problème de la Casamance était fini ? On ne les entend plus. Ils se cachent et font parler d’autres personnes … inconscientes…

Media

La journaliste Isseu Dior Sall a été élue, samedi à Dakar, présidente de l’antenne sénégalaise des Médias de l’Afrique de l’Ouest pour la libre circulation (Asmao/Lcp), à l’issue d’une assemblée générale constitutive. Journaliste à Sud Fm, Isseu Dior Sall est à la tête d’un bureau composé de onze membres, appelés à animer cette structure qui sera le point focal du Réseau des médias de l’Afrique de l’Ouest pour la libre circulation, que la Commission de la Cedeao est en train de mettre en place dans la sous-région. «Je remercie mes collègues et ferai de mon mieux pour mériter la confiance qui a été portée sur ma modeste personne», a-t-elle déclaré à la fin de cette assemblée générale.

Bii Njaayeen

Vendredi 04 septembre, notre collaborateur SMD, qui habite la cité HLM «Baye Gaïndé», a surpris un de ses amis, Pape Ndiaye en l’occurrence, demeurant aux HLM Patte d’Oie, dans son propre quartier. Qu’y a-t-il de grave dans tout cela, pour qu’on ait besoin de le relater dans un journal ? Rien, certainement, sauf que ledit ami, en bon «Njayeen», a reconnu avoir parcouru toute cette distance «pour acheter le pain du Ndogou» dans une boulangerie située aux HLM 1 et qui est réputé fournir l’une des meilleures fournées de la capitale. Se sachant «pris en flagrant délit de gourmandise», l’ami Pape Ndiaye s’est empressé de reconnaître : «tey dey japp nga ma» (aujourd’hui, tu m’as eu). «Njayeen yii», ils feront du tout, avant la fin de ce mois béni (pas par eux en tout cas) de Ramadan.

Deux «rakas»

Après la tenue de la 34èmè édition du Magal des «Deux rakaas» de Khadim Rassoul, les organisateurs ont fait un bilan positif de cette organisation. Selon son président Serigne Ahmet Fall, la 34ème édition a été jugée satisfaisante, tant du point de vue organisationnel que religieux, avec la présence des différentes familles religieuses du pays. Les femmes des dizaines de sections de la ville de Saint-Louis ont également participé massivement à cette manifestation. Le président du «kourel» a tenu à préciser qu’elles ont joué un rôle déterminant pour la réussite de cet évènement annuel de la communauté mouride. En ce qui concerne le parrain de cette édition, Serigne Moustapha Bassirou Mbacké, selon Ahmet Fall, «son ombre plane encore partout dans la ville, avec une forte mobilisation de sa famille et les agriculteurs de la région qui, de son vivant, étaient toujours motivés à le soutenir pour la réalisation de ses travaux agricoles et aider la population à obtenir des moyens de production». Cette idée est surtout appuyée par l’ensemble des producteurs de la région, qui ont magnifié l’engagement de Serigne Moustapha Bassirou Mbacké pour la bonne gestion de l’agriculture dans le pays.

Délégation

Le président de la République a été représenté par le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur Cheikh Tidiane Sy, accompagné du ministre des mines et de l’industrie, Me Ousmane Ngom, et du ministre de la Justice, Me Madické Niang. Comme de coutume depuis quelques années, la prière des «Deux rakaas» est dirigée par Serigne Mame Mor Mbacké Ibn Serigne Moustada. Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Cheikh Tidiane Sy, a fait état, lors de cette importante rencontre, du soutien de Maitre Abdoulaye Wade pour la réussite de toute activité religieuse de la communauté mouride. Selon le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Cheikh Tidiane Sy, «la ville de Saint-Louis représente une ville très importante pour l’ensemble des mourides du Sénégal». Cette importante rencontre religieuse a été, pour l’imam des «Deux rakaas» de cette année, Serigne Mame Mor Mbacké, l’occasion de lancer un appel pour l’union des cœurs des musulmans et de la communauté mouride, en particulier, pour le retour vers notre Seigneur.

Panique

La mosquée «Chourafa», située non loin du marché de la capitale mauritanienne, a vécu cet après-midi du 4 septembre une scène amusante. Pendant que des jeûneurs ronflaient entre les prières du "Dhohr" et "El Asr", un ventilateur plafonnier est tombé du plafond de la mosquée, occasionnant un bruit de déflagration. Tirés de leur sommeil, les dormeurs ont alors détalé en criant: «Hizam Nassif!», «Hizam Nassif!» (En Français : ceinture explosive). Rassurés après leurs sprints olympiens, les fuyards sont revenus par la suite récupérer leurs chaussures et téléphones portables. On rappelle que la Mauritanie est un pays ciblé par des terroristes hors pair, ces temps derniers. Au mois d’août, un kamikaze s’était fait exposer au cœur de la capitale, à quelques mètres de l’ambassade de France.

Clash …

Le quotidien Walfadjiri du 04 Septembre 2009 a publié un entretien avec M. Pape Mody Sow, Secrétaire général du Parti de l’Espoir et du Progrès (Pep), membre de la Cap 21. A ce propos, la Cap 21 précise ce qui suit : «Officiellement, la Cap 21 a deux (2) Porte-parole. Il s’agit présentement de Mame Mactar Guèye du Rds et de Tidiane Ly du Parena. Par conséquent, contrairement à ce qui a été écrit dans ledit journal, Pape Mody Sow n’est pas porte-parole de notre coalition, et ne le décline d’ailleurs pas dans le texte. Donc, aucun des termes de son interview n’engage la Cap 21, qui n’en a eu au demeurant connaissance que ce matin».

… Au Cap 21

Depuis cette précision, on a cherché à entrer en contact avec l’intéressé, qui se trouve hors de Dakar, pour obtenir des éclaircissements. Il se trouve que, comme par le passé, la Cap 21 observe depuis le début du mois de Ramadan, sa pause annuelle, à l’exception de sa rencontre de bons offices avec le Groupe Walfadjri et le Bsda, le mercredi 02 septembre dernier. Cette coalition de partis tient à faire savoir qu’elle demeure, «plus que jamais, fidèle à son alliance avec le président Abdoulaye Wade» et qu’elle reste attachée, comme par le passé, «à son engagement dans la défense des idéaux mis en œuvre par le Gouvernement de l’Alternance».

Attaque

Un véhicule 4x4 appartenant au Cadre régional de concertation des ruraux (Crcr) de Ziguinchor a été attaqué, vendredi 04 septembre vers 15 heures, par des hommes armés, à hauteur du village de Badiana (environ 60 km de la capitale du sud. L’attaque a été perpétrée sur l’axe Bignona-Diouloulou, situé sur la Route nationale 5, rapporte un communiqué. «Il n’y a pas eu de victime, mais le véhicule a été endommagé», selon le texte. Le véhicule, qui n’avait que le chauffeur à bord, revenait de Mahmouda où il a déposé des plants. Les tirs ont cependant atteint le radiateur et les portières arrière du véhicule, qui a pu être remorqué jusqu’à Bignona, précise le communiqué.

Deuil

Tivaouane est toujours sous le choc. En ces moments de canicule et de ramadan, des enfants, imprudents adeptes du «Dakh Kor» (course poursuite) fréquentent régulièrement des bassins de récupération d'eaux pluviales, situés dans la zone de Pâme, aux alentours des quartiers périphériques de la commune de Tivaouane. C'est ainsi qu’un groupe de six enfants en quête d'aventure et de fraîcheur et n'ayant ni mer, ni piscine à leur disposition, s'est rendu dans la zone de Pâme où se trouve une cuvette de 200 mètres de longueur, 80 mètres de largeur et 17 mètres de profondeur .C'est là que, sans la savoir, deux d'entre eux avaient pris rendez-vous avec la grande faucheuse.

Deuil (bis)

Aux environs de 12 heures. Pris de panique après la disparition dans l'eau d’Omar Ngom (15 ans) et Alioune Thioub (13 ans), le reste du groupe s'est déployé pour avertir les éléments de la brigade des sapeurs-pompiers de la ville sainte. Lesquels, 30 minutes plus tard, se sont rendus sur les lieux avec, toutefois, des moyens inappropriés, à cause du bassin dont le fond est très argileux. Après des heures de recherche, les pompiers ont sorti les deux corps inanimés de l'eau. Il était 16 heures. Averti du drame, au delà des familles, c'est tout un quartier qui a sombré dans l'émoi et la consternation. Les corps, acheminés à la police pour les besoins d'identification, ont été déposés, par la suite, à la morgue de l'hôpital, pour l'acquisition du certificat du genre de mort à chacune des familles et un permis d’inhumer.

Cadres libéraux

La Coordination nationale des cadres libéraux (Cncl) s’est invitée au débat des inondations, dans la banlieue notamment. La Cncl a d’emblée salué le courage des populations victimes des eaux de pluie qui ont, selon elle, su affronter avec courage les difficultés liées aux inondations. Comme toujours au Sénégal, la souffrance des populations est politisée, la Cncl fustige le comportement de certains leaders politiques, notamment ceux de l’opposition. «La Cncl déplore l’attitude démagogique et politicienne de Tanor et de ses porteurs d’eau, qui tentent d’utiliser une situation qu’ils ont créée, comme fond de commerce politique», a fustigé la Cncl dans un communiqué dont copie nous est parvenue. Selon le communiqué, le phénomène des inondations date du temps du Parti socialiste (Ps). Mais les dirigeants socialistes, encore moins de l’alternance, n’ont jamais donné des solutions à ce phénomène. «Le Parti socialiste et ses "filiales", et tout dernièrement Me Wade, n’ont jamais proposé de solutions viables pour sortir les populations de leurs difficultés quotidiennes», ajoute le texte. Mais la Cncl applaudit des deux mains la stratégie entreprise par Wade pour «repêcher» les victimes des eaux pluviales. «La Cncl approuve, sans réserve, cette stratégie de délogement des populations, qui constitue la seule alternative face à cette situation aggravée par la saturation des sols dans ces zones», conclut le communiqué.


Soyurce: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces