Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
11/02/2009 - 18:21

Le traité de Lisbonne en examen

Berlin- On aurait tendance à l'oublier, de la part d'un pays fondateur de l'Union européenne (UE) : l'Allemagne compte toujours parmi les quatre Etats membres - avec l'Irlande, la Pologne et la République tchèque - qui n'ont pas, à ce jour, ratifié définitivement le traité de Lisbonne.



Le traité de Lisbonne en examen
 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
=Avant d'apposer sa signature au bas du document, le président de la République Horst Köhler attend l'avis de la Cour constitutionnelle établie à Karlsruhe, saisie de plusieurs plaintes accusant le traité de violer la loi fondamentale allemande.

Simple formalité ? Pas si sûr. Les huit juges en robe écarlate devaient consacrer pas moins de deux jours aux plaidoiries, mardi 10 et mercredi 11 février. 'L'audience est spécialement longue car la cause est d'importance, convient la députée sociale-démocrate (SPD) Angelica Schwall-Düren, spécialiste des questions européennes. Ce serait vraiment un choc si la Cour déclarait le traité non constitutionnel.' D'autant qu'Angela Merkel a elle-même porté ce texte sur les fonts baptismaux, comme présidente du Conseil européen, lors du sommet de juin 2007. Adopté par les Vingt-Sept quatre mois plus tard, il a été ratifié en Allemagne par les deux Chambres du Parlement, Bundestag et Bundesrat, au printemps 2008. Ne manque plus que le paraphe présidentiel.

Les recours déposés devant la Cour de Karlsruhe sont le fait d'une coalition hétéroclite de plaignants aux griefs divers. Y figurent le groupe parlementaire du parti de la gauche radicale Die Linke, le député conservateur bavarois (CSU) et eurosceptique notoire Peter Gauweiler, ou encore le comte Franz Ludwig von Stauffenberg, ancien député européen et fils de Claus von Stauffenberg, l'auteur d'une tentative d'attentat contre Hitler. Leur argument principal : le traité saperait les compétences du Parlement national, en violation de la Constitution.

'Les Etats membres demeurent maîtres des traités', a objecté mardi le ministre de l'intérieur Wolfgang Schäuble, dépêché à Karlsruhe avec le chef de la diplomatie Frank-Walter Steinmeier, pour défendre le texte au nom du gouvernement


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo