Sommaire
Sénégal d'Aujourd'hui
24/03/2009 - 19:27

Lendemain de défaite de la coalition Sopi : Place au déballage

A la lumière des dernières empoignades verbales dont ils ont fait montre ces dernières heures, les libéraux de Saint-Louis ont perdu le Nord. Après leur cuisante défaite du 22 mars, les ‘frères’ de Me Abdoulaye Wade donnent encore l'impression d'être sonnés tellement le réveil a été brutal pour ces libéraux qui se croyaient invincibles.



Encore groggy, les bleus de la capitale du Nord ne sont pas prêts à procéder à une analyse objective de la défaite de dimanche passé. Alors que l'heure devait être à l'introspection méditative, deux des différentes tendances libérales se sont crêpés le chignon ces dernières heures tout en se lançant des pics. C'est le désormais ex-maire de Saint-Louis qui a ouvert les hostilités, à l'occasion d'un point de presse organisé au quartier général de sa coalition.

 Toutes voiles dehors, Ousmane Masseck Ndiaye, dont l'intégralité du face-à-face avec la presse a été diffusée dans une radio de la place, a jeté le discrédit et l'opprobre sur certains de ses frères libéraux. Ces derniers sont coupables, selon lui, d'avoir appelé au vote-sanction après avoir perturbé, par leur démarche parallèle, le déroulement du programme ficelé par sa coalition. Ousmane Masseck Ndiaye a, en outre, tressé des lauriers aux ministres Madické Niang et Cheikh Tidiane Sy qui l'ont soutenu, tout en traitant ses autres frères de fractionnistes.

Dans ses envolées, le ministre d'Etat a poussé le ridicule jusqu'à pointer de l’index les correspondants de Sud Fm et Walf Tv à Saint-Louis d'avoir diffusé de fausses informations à son sujet pour l'un et de n'avoir jamais filmé les activités de la coalition Sopi 2009 durant les 21 jours de campagne pour l'autre. Cette dernière assertion de M. Ndiaye a toutefois été réfutée par Youssou Diallo qui a soutenu qu'il a eu à interpeller personnellement, à la demande du journaliste, Ousmane Masseck Ndiaye pour qu'il fasse une déclaration, en vain. Par ailleurs, le maire déchu de Saint-Louis a dit attendre la publication des résultats définitifs pour accepter la défaite de la coalition dont il a été la tête de liste majoritaire.

S'étant sentis visés, le camp du ministre d'Etat Ousmane Ngom, Youssou Diallo, Amadou Touré et Cie a apporté la riposte à la mesure de l'attaque. Au quartier Ndioloffène où était conviée la presse, ces libéraux ont fait noter qu'à l'image d'un navire qui a coulé, c'est le capitaine qui doit assumer et non faire porter le chapeau à son équipage.

 A les en croire, ce n'est pas seulement à Saint-Louis qu'Ousmane Masseck Ndiaye a sacrifié le Pds. Pour Youssou Diallo et ses amis, parce qu'il a procédé à des investitures contestées, en tant que directeur des structures du Pds, l'ex-édile de Saint-Louis est responsable du raz-de-marée national des bleus. Par conséquent, estiment-ils, M. Ndiaye doit en tirer les conséquences et rendre le tablier.

En outre, rappelant que, dans certaines occasions, le silence est d'or, ’les anti-Masseck’ ont expliqué qu'outre une campagne menée de façon clanique, ostraciste et partisane, la première raison de leur défaite est que le Pds a présenté un produit politique invendable en la personne de sa tête de liste Ousmane Masseck Ndiaye.

Ensuite, ont-ils expliqué, les fonds dégagés pour la campagne, notamment pour le transport des militants, n'ont été distribués qu'aux proches du maire sortant qui les ont mis dans leurs poches. Youssou Diallo dira que durant ces dernières 48 heures, pourtant capitales pour une élection, la coalition n'a pas su, ainsi, mobiliser. Efin, Youssou Diallo qui portait la parole de ses camarades, a révélé que la coalition Sopi 2009 a péché dans sa communication.


Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces