Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Asie & Extrême Orient
25/11/2009 - 15:03

Les Nations unies s'inquiètent du retour des réfugiés tamouls

Le chef de l'agence humanitaire des Nations unies a salué comme une bonne nouvelle l'annonce de la libération des réfugiés tamouls retenus dans des camps depuis la fin du conflit au Sri Lanka, mais dit l'inquiétude de l'organisation quand à la manière dont aura lieu ce retour.



John Holmes, le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires, qui revenait juste du Sri Lanka, a rappelé que l'ONU aurait voulu, et veut encore, plus de consultations des détenus, et qu'il leur soit permis de voir ce qu'il est advenu de leurs régions d'origine avant d'y retourner, comme le prévoit les directives de l'organisation.

L'ONU note aussi qu'elle n'est pas averti à l'avance du retour de ces réfugiés, ce qui ne lui permet pas de préparer leur accueil.

Le gouvernement de Colombo a annoncé lundi que les 136.000 réfugiés encore entassés dans les camps de rétention, où ils étaient retenus contre leur volonté depuis la fin de la guerre civile il y a six mois, seront libres de rentrer dans leurs villages à partir du 1er décembre. Les camps seront fermés à la fin janvier.

Selon les ONG, 20.000 à 30.000 personnes ne pourront pas retourner chez elles en janvier prochain parce que les terrains où elles vivaient sont truffés de mines ou manquent des services de base.

Quelques 300.000 réfugiés ont fui la guerre des Tigres de l'Eelam tamoul contre le gouvernement srilankais, et la moitié seulement ont été libérés ces derniers mois sous la pression des organisations humanitaires et des gouvernements étrangers.


Source: Associated Presse via Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK