Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
L'Economie en temps réel et en continu
19/03/2009 - 18:09

Les banques à la manoeuvre pour renforcer leurs bilans

UBS annonce le rachat d'obligations décotées et HSBC a obtenu le feu vert pour son augmentation de capital record, des mesures qui renforceront leurs fonds propres et provoquent une vive hausse des valeurs bancaires européennes.



Citigroup a de son côté envisagé une offre publique d'échange sur des titres préférentiels, ce qui augmenterait nettement la participation de l'Etat américain dans son capital. Le groupe bancaire l'assortirait d'un regroupement d'actions qui réduirait le nombre de titres en circulation tout en augmentant leur valeur.

Autre nouvelle bien accueillie par les investisseurs, General Electric a dit prévoir des résultats positifs en 2009 pour sa filiale de services financiers GE Capital.

Le directeur financier du conglomérat américain a précisé qu'une série d'examens ("stress test") sur le portefeuille de GE Capital avait permis de conclure que le groupe n'aurait pas besoin de lever des capitaux.

Ces informations ont été diffusées au lendemain d'un rapport de l'Autorité britannique des marchés financiers (FSA) qui préconise un changement profond de la régulation des capitaux et des liquidités des banques afin d'éviter une répétition de la crise financière qui sévit depuis l'été 2007.

En fin d'après-midi, l'indice sectoriel des valeurs bancaires européennes s'adjugeait plus de 4%, de même que les titres UBS et HSBC. A New York, GE grimpait de 2% mais Citigroup reculait de 13%.

La suisse UBS, la banque européenne la plus touchée par la crise des subprimes, a annoncé le rachat d'obligations propres à hauteur d'un milliard d'euros. La plus-value qui sera prise en compte dans le calcul de ses fonds propres devrait renforcer "légèrement" son ratio Tier 1, qui était de 11,5% à la fin 2008.

UBS a précisé que son offre concernait des obligations décotées dont la valeur nominale atteint près de 7 milliards de francs (4,5 milliards d'euros) et dont l'échéance se situe entre novembre 2015 et septembre 2019.

La banque suisse a aussi indiqué qu'il demanderait lors de son assemblée générale annuelle, le 15 avril, l'autorisation d'augmenter son capital autorisé et son capital conditionnel, pour accroître sa souplesse s'il veut lever des capitaux sur les marchés.

UBS, qui a levé des capitaux à trois reprises en moins de 18 mois, souhaiterait avoir la possibilité, si nécessaire et d'ici au 15 avril 2011, d'augmenter de 10% son capital-actions actuel, soit 293 millions de titres.

Le groupe a aussi mis à l'ordre du jour du 15 avril la création d'un capital conditionnel pour émettre des options en faveur de la Banque nationale suisse, dans le cadre de la reprise de ses actifs illiquides par la banque centrale, qui a créé un fonds dédié. En cas d'exercice des options, 100 millions d'actions seraient à émettre.

Au Royaume-Uni, 92,9% des actionnaires de HSBC ont voté dans la matinée en faveur de l'augmentation de capital de 12,9 milliards de sterling (13,7 milliards d'euros) proposée par la direction du groupe bancaire.

La banque avait jusqu'à présent évité d'augmenter son capital alors que la plupart de ses rivales, notamment la Royal Bank of Scotland, ont pris cette décision ou fait appel à l'aide de l'Etat.

Des représentants de RBS et de Lloyds Banking Group, désormais majoritairement détenues par l'Etat, étaient entendus jeudi par une commission parlementaire.

Les indemnités de départ de l'ancien dirigeant de RBS, Fred Goodwin, font l'objet d'une vive polémique, alors que la banque a terminé l'exercice 2008 sur une perte record de 24 milliards de sterling (25,5 milliards d'euros) et pourrait voir l'Etat britannique monter dans son capital à hauteur de 95%.

Dassault Aviation a fait savoir dans la matinée que RBS et Citigroup avaient annulé des commandes d'avions d'affaires Falcon destinées à leur direction.

En Italie, Standard & Poor's a abaissé la notation crédit d'UniCredit, qui a pourtant annoncé mercredi son intention de lever jusqu'à quatre milliards d'euros auprès des Etats italien et autrichien ainsi que d'investisseurs privés.

Le ratio Core Tier 1 de la deuxième banque italienne n'était que de 6,5% à la fin 2008.

Les titres RBS et Lloyds faisaient des bonds de 8% et 20,2% respectivement en milieu d'après-midi à la Bourse de Londres, et UniCredit s'adjugeait 1%.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Partageons sur FacebooK