Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
L'Economie en temps réel et en continu
20/07/2009 - 18:53

Les banques jouent à qui perd gagne

Les banques brésiliennes résistent à la crise. Les cinquante principales accusent un net recul de leurs profits, dû au rétrécissement du crédit, mais niet de pertes.



La clé de cette solidité ? «Nos banques ne détiennent pas de subprimes [les actifs toxiques, ndlr] car la réglementation brésilienne restreint leur exposition à l'étranger, dit Bernard Appy, secrétaire aux réformes économiques et fiscales au ministère des Finances. Et elles-mêmes veillent à ne pas prendre trop de risques.»

Une fois vaincue l'hyperinflation, les banques ont accru la concession de crédits, et à des taux d'intérêt prohibitifs : 38 % en moyenne, mais jusqu'à plus de 160 % pour financer, par exemple, un découvert. Le «spread», soit la différence entre le taux auquel elles empruntent et celui auquel elles prêtent, a coûté l'an dernier aux Brésiliens l'équivalent d'environ 50 milliards d'euros : près de quatre fois le budget du ministère de l'Education et deux fois et demie celui de la Santé.

«Cartel». La marge de profit ne représente «que» le quart environ du «spread», se défend le secteur bancaire. Les trois quarts restants serviraient à se prémunir contre l'insolvabilité. «Celle-ci est plus élevée que la moyenne internationale mais ne justifie pas de tels taux d'intérêt», tranche Roberto Pfeiffer, directeur de la Fondation de protection et de défense du consommateur.

«Les banques forment leur prix comme elles veulent, renchérit Antonio Carlos Borges, directeur de la Fédération commerciale de São Paulo (Fecomercio). C'est un secteur très concentré et pas assez contrôlé, un cartel.»Les cinq plus grandes banques (dont deux publiques) concentrent 63 % des emprunts. Selon l'Ipea, un institut d'études gouvernemental, les taux de Santander, Citibank ou HSBC au Brésil sont jusqu'à dix fois plus élevés que dans leurs pays d'origine. Le secteur se sucre aussi sur les tarifs jugés abusifs... lire la suite de l'article sur Libération.fr


Source: Libération via Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn