Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Textes Littéraires
16/02/2006 - 12:59

Les enfants des ténèbres -12-

Roman - Chapitre 13



Les enfants des ténèbres -12-
L'inspecteur principal Gilbert Mancini, dit le Gros, occupait avec délectation le bureau de son chef. Il avait une bonne raison pour cela: il se devait d'assurer l'intérim. Il y avait aussi ce suicide du prêtre aux yeux crevés.

Quant à la grosse enveloppe Bulle posée sur le bureau, le gros se dit que tout portait à croire qu'elle émanait du curé. Alors, pensait-il, pourquoi ne pas l'ouvrir?
Mais outre que l'enveloppe portait le nom de "Bastard", la mention "PERSONNEL" y figurait. S'il ne l'ouvrait pas alors? Le gros devait au moins se couvrir. Il le fit en saisissant directement le directeur de la police judiciaire. L'absence de Bastard l'y autorisait.





Doc Joseph, comme nous l'appelions il y a plus de trente ans, m'avait rafistolé la gueule et l'épaule. Le résultat était stupéfiant. L'ermite avait même poussé la complaisance jusqu'à me bourrer d'antalgiques et d'anti-inflammatoires.
L'ermite Joseph, qui ne le fut pas toujours.

Nous étions dans le grand séjour, lequel, au temps où la bastide en était véritablement une, devait abriter poulailler, porcherie et cuisine pour les humains.
Mais ce temps là était lointain.
Nous nous préparions à manger. Le pain, le vin, le saucisson étaient là. Vive la France! Laurence découpait de fines tranches de saucisson sec. Je ne résistai pas à l'appel de la violence:
- C'est pour Bébé? "
Laurence, entraînée par ma réflexion dans un élan malvenu, se coupa au pouce. Le sang souilla la charcuterie.
- Fiche-lui la paix, Crapeau! "
C'était l'ermite. J'étais heureux que ce fût lui et non Fabien qui répondît.
- Dis donc, Doc, c'est pas toi que le sang dérange tout de même? "
- C'est vrai , répondit-il en appliquant le plus tranquillement du monde un papier à cigarette sur la coupure. Le sang s'y coagula formant une tache aux contours symétriques.
J'explosai, dirigeant ma hargne contre Fabien:
- Bon dieu! Pourquoi ne pas avoir prévenu ta femme? "
Une folle envie me prit de continuer sur le même ton:
- Tu l'as fait comment ce bébé, Tam Tam? Et ta stérilité alors?"
Le plafond de la pièce était haut, seul l'écho me répondit. C'était mieux que rien, étais-je sur le point de m'affirmer, lorsque Tam Tam parla. Je ne suis pas sûr qu'il s'adressait à moi ni à personne d'ailleurs. Ses doigts effilés trituraient une mie de pain. Sa voix prit les accents d'une détermination que je ne lui connaissais pas:
- Je savais, je savais que bébé naîtrait probablement de cette manière. Je connaissais le risque pour Laurence. Mais qui peut dire qui souffre le plus: celui qui part ou celui qui reste? J'avais confiance en doc. Laurence et moi voulions cet enfant. Je t'ai exposé mes raisons, Crapeau."
Laurence quitta la pièce, je me concentrai sur le bruit de ses pas dans l'escalier. Doc l'ermite prit la relève. Essuyant le sang avec des gestes précis, il se fit un devoir de continuer la découpe.
- Crapeau me dit-il, quand tu seras moins agressif, peut-être pourrons-nous faire ensemble le point de la situation. "
Mais j'étais loin de pouvoir me calmer, la peur était toujours là. Je tâchai de parler sans la laisser transparaître.
- Doc, ces gosses sont des assassins de la pire espèce. Qu'as-tu fait? Manipulation génétique de foetus avortés?"
J'avais pris une voix pondérée. Un ton de médecin sur le point de vous annoncer que le cancer qui vous ronge a gagné.
L'ermite abandonna le saucisson, se rapprocha de moi. L'espace d'un instant, le couteau dans sa main me donna un petit frisson dans le dos. Le vieux le devina et posa l'arme. Je marquai bruyamment mon soulagement:
- Non de Dieu, doc, tu marchais sur moi armé d'un couteau!"
Doc n'eut pas à répondre, Fabien fit diversion en nous rejoignant. Nous nous observâmes tous trois en chiens de faïence.
- J'avais vingt ans! " dit doc.
- Klaus Barbie aussi! "
- J'essaie de réparer! "
- Les Allemands aussi, en vendant des masques à gaz aux Israéliens... Tu n'as pas le sens de l'humour, doc ... "
Tam Tam ne disait rien. Il ne savait que faire de sa grande carcasse. Laurence revenue, nos regards se quittèrent pour la rejoindre.
- Laisse tomber, Crapeau. Viens plutôt avec moi, je descends voir Bébé. "
Pourquoi pas? Je la suivis d'un pas presque assuré.
Doc attendit sournoisement que je sois à l'autre bout de la pièce pour me lancer:
- Les foetus, Crapeau, je les jetais dans les chiottes et je tirais la chasse. "
Puis il hurla avec dans la voix, une pointe d'hystérie:
- Je faisais comme tout le monde! Comme tout le monde! "
Je savais que c'était vrai; j'avais simplement joué la petite chance que nous avions de ne pas plonger dans l'horreur de l'ignorance et du cauchemar. La tête basse, je sortis sur le perron. Un petit corbeau gisait au pied du massif de roses. Je lançai d'une voix heurtée, trop forte:
- C'est quoi, çà, Laurence? "
- Je ne sais pas " cria-t-elle sans bouger, sans même regarder.


Henri Vario











1.Posté par editoweb Magazine le 22/02/2006 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est temps de vous présenter les blogs et sites qui sans appartenir au réseau wmakeret à webzinemakersoutiennent Editoweb Magazine.

Vous connaissez déjà la galerie machandequi présente des espace...


Flashback :
< >

Mercredi 2 Avril 2008 - 00:00 Sans domicile fixe

Mardi 4 Décembre 2007 - 22:11 Les enfants des ténèbres -34-

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn