Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Textes Littéraires
03/04/2006 - 23:49

Les enfants des ténèbres -15-

Roman - Chapitre 16



Les enfants des ténèbres -15-
C'était un bel après-midi de Provence. Ils étaient réunis dans la grande cour de la bastide, dégustaient des boissons fraîches. La terreur les avait quittés. Ils avaient oublié les enfants mutants, Bébé emprisonné.
Assis face à ses trois compagnons, Bastard fut le premier à voir apparaître Bébé sur le perron. Ravissant sourire que le sien, se dit le policier. Peut être était ce cela qui fit qu'il se tut. "Non ce n'est pas ce sourire, ni ce corps aux mouvements maladroits et graciles. Petit être de chair roide surgissant d'un ailleurs qui me terrifie au point de le nier: je sais maintenant que les barreaux ne l'arrêtent pas. Cette nuit, il est venu à moi, je n'ai pas rêvé".
Laurence sentit un regard posé sur sa peau nue. Son dos brûla. Dans le même moment un froid qu'elle reconnut la pénétra. Elle perçut une présence.
Bébé sourit, sauta au cou de sa mère qui, pleurant de joie, répétait sans cesse: " mon bébé, mon bébé. "
Il se serre contre elle, lui prend doucement la bouteille de soda des mains, la porte à ses lèvres. Bébé en vide le contenu et la rend à sa mère. Laurence se l'enfonce dans la bouche, faisant en ressortir le goulot derrière la tête, juste à la base du crâne, là où la nuque prend naissance. Elle marche un instant dans la direction de son mari. Toujours dans ses bras, Bébé sourit.
Des éclairs déchirèrent le ciel. Un vent froid déboula la montagne, fit s'incliner les arbres. Un nuage d'oiseaux plongea vers l'Eguière. En agitant son bâton tel un moulinet, Doc en chassa quelques-uns uns, courut ouvrir le grand portail derrière lequel attendaient les enfants :
Je suis à eux ! J'ai pas le choix ! Je suis à eux ! hurla t il plusieurs fois.
Les gosses entrèrent. Fabien Deguers semblait dormir, excepté le fait que son corps n'était plus qu'un tronc: les membres détachés en étaient rangés très soigneusement un peu plus loin. Posé sur sa tête, un couple d'inséparables roucoulait.
Cherchant à rejoindre doc Joseph, Bastard s'aperçut qu'il ne le voyait plus.
Bandes de cons, lança t il, vous formez de drôles de parents: vous ne lui avez même pas donné un nom. "
Les gosses avaient formé un cercle autour de lui. Il ne fut pas surpris de sentir ses index se raidir et remonter vers ses yeux.
Décidément, on avait toujours tort de faire confiance à un bâtard. "Y a pas de doutes, ces enfants sans nom en sont ... Tout comme moi ..."
Luttant contre ses mains qui semblaient échapper inexorablement à son contrôle, il entendit un sifflement aigu. "Ca ressemble à un missile ou à une saloperie dans ce genre".
Peut être la police était elle mieux faite que ce qu'il pensait et le Gros pas si con que ça.


Henri Vario










Flashback :
< >

Mercredi 2 Avril 2008 - 00:00 Sans domicile fixe

Mardi 4 Décembre 2007 - 22:11 Les enfants des ténèbres -34-

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn