Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Textes Littéraires
22/04/2006 - 22:20

Les enfants des ténèbres -16-

Roman - Chapitre 17 et 18



Les enfants des ténèbres -16-
CHAPITRE XVII



Le voyageur écoutait le craquellement des fines brindilles sous ses pas. Plus assez jeune ni assez svelte pour un sportif, il balançait sa forte carrure sans pour autant donner de signe de fatigue. Un blouson de tricot déformé dépassait d'une des poches de son sac. La chaleur estivale était sèche, l'endroit montueux. De jeunes pins dominaient des buissons au feuillage scrupuleusement pâle et terne. Nonchalamment, le soleil en buvait la sève.
L'homme leva la tête vers le ciel, assura son sac sur ses épaules. Enfin, il vit la cabane et s'engagea dans sa direction. La porte était ouverte; il s'assit sur le jerricane de doc Joseph, posa le sac entre ses genoux. Au ciel, de gros cumulus s'amoncelaient; l'homme se demanda si un violent orage d'été n'allait pas éclater.
Le pigeon se posa sur le seuil, hésita un instant, s'avança. Subjugué par le spectacle qu'offrait l'animal maladroit sur le sol, l'homme s'en saisit d'un mouvement d'automate. Avec des gestes précis, indifférents, il entreprit de le déplumer vif. L'oiseau abritait son cou entre ses ailes.
J'y suis cria le voyageur, j'y suis presque!" Abandonnant sa proie sur le sol battu, Maxime Anastasio car tel était son nom fouilla dans son sac, en retira un petit carnet bleu, écrivit:
Je crois connaître le passage. Il est temps que je rejoigne les miens."
Le pigeon se débattait en silence contre la mort. Enfin, roulant sur le dos, il disposa ses ailes en croix.




CHAPITRE XVIII


L'automne était bien avancé; l'été, un souvenir encore frais à Marseille, se faisait déjà lointain à Bordeaux. La ville se blottissait sur chacune des berges de la Garonne. Elle, jadis si prestigieuse des galions qui y mouillaient, sommeillait, bercée par un vent glacé porteur de crachin.

Nicolas Lapierre faisait partie de ce petit nombre de familles agrippées aux miettes de leur fortune d'antan. Pudiquement recouverte du voile de la décence, l'histoire de sa femme passa presque inaperçue. Chantal Mandin-Lapierre était devenue folle.
Nicolas en acquit la conviction le jour où, les yeux exorbités, il découvrit le pyjama de leur fils découpé en fines bandes et reconstitué comme un puzzle. Le vêtement était déposé dans le petit lit qu'elle berçait en chantonnant:
- Fais dodo, Colin mon p'tit frère; fais dodo, t'auras du gâteau."
Au lieu de s'y intéresser, Nicolas s'assura de la présence de l'enfant dans son parc, le prit dans ses bras, se dirigea vers le téléphone pour appeler le médecin. L'heure est venue, se dit-il en colère, elle va payer, la garce.
Raide comme un tambour major un jour de grande parade, elle l'avait interpellé en ricanant :
- Nicolas, laisse tomber, tu veux? "
Il songea qu'il n'avait pas affaire à la même femme. Ce n'était plus la Chantal Mandin qu'il avait épousée quatre années auparavant.
Elle l'avait accosté alors qu'assis à même le trottoir à la porte d'une discothèque à la mode, il buvait sa bière au goulot en goûtant le plaisir d'écouter la musique sans que les instruments résonnent dans sa tête.
Faisant mine de ne pas remarquer ses taches de rousseur et son nez empâté, Chantal lui avait souri. Lui, du plat de la main, avait frappé le sol à sa droite. Une fois assise, celle qui allait, moins de six semaines plus tard, devenir sa femme, s'était amusée à lui disputer sa bière.
Puis il y eut la grossesse et enfin le bébé. Il n'avait pas encore trois mois lorsque les regards que lui adressait sa mère devinrent vides; l'éclat de tendresse les avait quittés. Nicolas l'avait remarqué ainsi que d'autres choses encore ... telles que le fait que son épouse ne supportait plus les miroirs.
Faisant se déployer son rire jusqu'à en former un étau qui enserra la gorge de son mari, Chantal insista:
- Laisse tomber, j'ai foutu ça aux chiottes et j'ai tiré la chasse. "
Le bébé se mit à hurler, et Nicolas s'aperçut qu'Il le serrait contre lui au point de l'étouffer. De surprise, il faillit le lâcher.
Plus tard, il se dit que le bébé aurait fait PLOC sur les carreaux de gré. Son petit crâne encore mou se serait ouvert, le jus cervical répandu.
Mais Chantal, un soir qu'ils buvaient un verre ensemble en riant de l'incident, réfuta l'hypothèse:
- Voyons Nicolas, tu sais que c'est faux! "
Nicolas Lapierre fut content d'être déculpabilisé.


Henri Vario











1.Posté par Editoweb Magazine le 10/05/2006 21:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Flashback :
< >

Mercredi 2 Avril 2008 - 00:00 Sans domicile fixe

Mardi 4 Décembre 2007 - 22:11 Les enfants des ténèbres -34-

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn