Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Textes Littéraires
09/08/2006 - 01:28

Les enfants des ténèbres -22-

Roman - Chapitres 25 & 26



CHAPITRE XXV

Les enfants des ténèbres -22-
A l'intérieur du véhicule, l'air devint lourd. Bastard suffoquait. La soufflerie renvoyait une vague odeur de poussière et d'huile chaude. Le chauffeur esquissa un geste pour ouvrir, Bastard l'interrompit.
- Que préféreriez vous être mon ami, le dindon ou bien la farce? "
- Pardon, Monsieur le Préfet? "
- Ne faites pas attention, au fond, cela m'est égal. "

* * *

Servile, pensa Bastard en serrant la main moite du docteur Nartan chef du pavillon spécial. C'était un homme grand à l'allure paradoxalement martiale et négligée. La soixantaine, jugea t il en observant le dos voûté, le corps tassé du médecin.
- Mes respects, Monsieur le Préfet, que puis je pour vous? "
Bastard n'avait pas envie de répondre, pas à ça, songea t il en enfonçant son poing serré dans la poche de son pardessus. Il persifla:
- La fille. Celle qu'on vous a amenée hier. "
- Je ne vous suis pas, Monsieur le Préfet. "
Le policier écarta légèrement les jambes; il éprouva la sensation qu'il aimait tant: planter son corps. La masse d'os, de chair et de graisse s'immobilisa puis se recroquevilla:
- Je ne demande pas que vous me suiviez, je veux voir Chantal Lapierre. "
Il sentit que le médecin risquait de lui taper sur la gueule.
- Elle n'est pas disponible. "
Le sexagénaire s'assit à son bureau, montra un siège à son interlocuteur qui n'en fit pas cas.
- Je n'ai aucunement l'obligation légale de vous informer du sort de mes malades. Voyez le procureur, Monsieur Bastard. "
La réponse fusa alors que ses yeux injectés de haine s'étaient mis à flamboyer:
- Et mon cul, c'est du poulet! " Bastard voulait par sa vulgarité désarçonner son adversaire.

Le silence tombe. Les mots, seulement ceux qui comptent. Bastard les martèle, les hache. Au rancart la haine, seulement les faits:
- Elle est enceinte, hein? "
- Elle est pleine, seulement pleine " répond tranquillement l'homme de l'art.
- Vous ne parviendrez jamais à les interner toutes, Docteur, jamais! "





CHAPITRE XXVI



La journée touche à sa fin, Anastasio réchauffe au bain marie une conserve de haricots blancs, il n'a plus de cassoulet. Vergier mange le sandwich aux sardines qu'il avait apporté.
- C'est quoi la secte, Maxime? "
L'eau est bouillante, Anastasio se demande comment il fera pour en retirer son dîner, pense au torchon, rectifie:
- Le torchon est mouillé, fiche la paix. "
- Allons voir Bastard. Je ne crois pas un mot de tout ce qu'il a dit. "
Vergier voit alors un sourire éclairer la face ingrate d'Anastasio. Il se désole de constater que le beau papier qui ornait la conserve s'est décollé, reprend:
- Fichons le camp d'ici, Maxime, cette histoire est dingue. "
- Et tu voudrais aller où? " Anastasio avait répondu du tac au tac sans pour autant cesser d'ouvrir sa boîte de haricots à l'aide de son couteau de poche. Enfin, la tenant par le couvercle, il s'assit sur son tabouret pivotant.
- Et les meurtres des gosses à Marseille, tu as appris quelque chose? "
Eugène Vergier songea un moment que son ami était très accroché par cette affaire mais décida de ne pas lui mentir:
- Je t'ai constitué un dossier, j'ai pas grand chose "
- T'as quoi? "
Au lieu de répondre, il ouvrit le reste de son sandwich, en ôta une minuscule arête qu'il suça consciencieusement.
- J'ai rien, Tasio, j'ai rien. "
- Nom de dieu, on a pris l'argent, Génio! "
C'est ainsi qu'ils s'appelaient dans les moments difficiles.
- Rends-lui, Tasio, rends-lui son fric. "
- Et Angela? "
- Bon, alors on le garde. "
Et de replonger les doigts dans le sandwich.
- Qu'est ce que t'as, au juste, Génio? "
Vergier se lève, lance un regard désolé au reste de son dîner. Collée à son index, une minuscule écaille luit.
- C'est dégueulasse, t'as pas des oeufs? "
- Non. Qu'est ce que tu sais, Génio? "

Génio émit une sorte de rire convulsif; son visage se décomposait. Sa voix, grondement de bête traquée prête à renoncer, emplit la petite chambre:
- C'est l'armée, Tasio, c'est l'armée qui a bombardé les gosses. "
- Et alors? " fit son ami, en levant les bras au ciel.
- Alors, je ne vois pas ce qu'on peut faire de plus. "
- Moi non plus! "
" On pourrait Génio! On pourrait vivre avec eux... pour eux. Si seulement ils voulaient de nous! Si seulement nous pouvions passer."



Henri Vario







Flashback :
< >

Mercredi 2 Avril 2008 - 00:00 Sans domicile fixe

Mardi 4 Décembre 2007 - 22:11 Les enfants des ténèbres -34-

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville







Partageons sur FacebooK
Petites annonces