Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Textes Littéraires
31/10/2007 - 00:19

Les enfants des ténèbres -33-

Roman- Chapitres XXXVII & XXXVIII

"Mon Dieu, murmura-t-il, combien de tes enfants, combien de tes prophètes a-t-on méconnu et jeté dans les ténèbres?" Il savait qu'il était inutile de chercher Bébé dans le monastère... Bastard se tourna vers sa compagne en un mouvement presque souple. Les muscles tendus, le coeur battant la chamade, Angela devina ce qui allait suivre.



Les enfants des ténèbres -33-
CHAPITRE XXXVII

A pas lents, Frère Jérôme s'avança dans l'allée centrale de la chapelle. Par les vitraux, perçait un soleil resplendissant. Jérôme marqua un instant le pas, s'agenouilla pour se signer. Face à lui, l'immense croix se dressait. A son sommet, le rat observait le moine. Assis, il agitait ses pattes avant comme en un appel. Jérôme, après s'être saisi d'un des longs bâtons que les moines utilisaient pour chasser les serpents lors de leurs promenades dans les collines, en frappa l'animal. L'arme dévia vers le bas et la tête du Christ roula sur le sol. De la gorge de la statue, du sang jaillit. De nouveau, Jérôme s'agenouilla. Mais, cette fois, des mots qu'il ne reconnaissait pas s'imposèrent à lui.
"Seigneur, faites moi trouver le passage. Les statues, Seigneur, ne sont pas de chair et de sang. Elles ne sont que le fruit de notre angoisse de ne pas te trouver."
Quand il voulut prendre entre ses mains la tête qui gisait sur le sol, Jérôme reconnut, sans s'en étonner, les traits du petit Joseph. La chapelle s'assombrit, se dit-il. La pluie va revenir. Levant la tête, il chercha du regard les rayons solaires, qui, un instant auparavant, lui caressaient le visage. "Mon Dieu, murmura t il, combien de tes enfants, combien de tes prophètes a-t-on méconnu et jeté dans les ténèbres?" Il savait qu'il était inutile de chercher Bébé dans le monastère.



CHAPITRE XXXVIII

- Ce projecteur ne me dit rien qui vaille, l'agitation de la troupe non plus."
Bastard se tourna vers sa compagne en un mouvement presque souple. Les muscles tendus, le coeur battant la chamade, Angela devina ce qui allait suivre.
- Regardez bien ce projecteur, Angela. Lorsqu'il terminera sa course, nous serons dans le noir le plus complet. Cette nuit, la lune est voilée. Courez jusqu'à la cabane et attendez-moi."
- Inutile, je vous ai déjà répondu."
- Mort ou vif, j'aurai besoin de vous pour passer ... Ne m'abandonnez pas maintenant, Angela."
Un homme en civil s'avançait vers leur véhicule; plusieurs policiers l'escortaient.
Bastard cria quelque chose à Angela qui, quittant la 2CV, se mit à courir dans les ténèbres.
- Mes respects, Monsieur le Préfet, fit le civil d'un ton appuyé.
- Présentez-vous, et dites moi ce que vous foutez chez moi. "
L'agent qui les avait arrêtés se pencha en avant vers le siège désormais vide du conducteur.
Il l'éclaira de sa torche.
- Il y avait quelqu'un avec lui, Chef, une bonne soeur, je crois ... "
- Vous devriez empêcher vos hommes de boire, laissa froidement tomber Bastard.
L'officier en civil sembla se ressaisir :
- Veuillez nous excuser Monsieur le Préfet, je suis le commissaire Ramdani, pouvez vous nous aider à identifier un corps trouvé chez vous? "
L'autre insista:
- Il y avait quelqu'un avec lui, Chef! "
Ramdani lui ordonna sèchement de se taire. De nouveau, il s'adressa à Bastard qui n'avait pas cillé :
- Je vous renouvelle nos excuses, pouvez vous me suivre auprès du corps? "
Bastard ouvrit bruyamment la portière, posa lourdement un pied sur le sol puis le deuxième. Une fois debout, il effectua, moignon et bras en croix, une flexion des genoux en soupirant d'aise.
- Qui est ce? " demanda t il.
- Le gardien de votre caravane, Monsieur. "
Bastard, qui ne pouvait s'empêcher de regarder dans la direction qu'avait prise Angela, fit volte face, et du regard foudroya l'impertinent.
- Jeune homme, dit-il, le fait que ma résidence secondaire ait pour avantage inestimable la mobilité ne vous autorise pas en faire un vulgaire abri de vacanciers dont la caractéristique principale est la mesquinerie. "
Décontenancé, Ramdani, réussit à prononcer un timide "oui Monsieur."

La tête du cadavre, sans être affaissée, formait un angle invraisemblable avec l'épaule. Jambes et bras étaient fixés en croix aux branches d'un jeune marronnier. Le corps qu'éclairait violemment un projecteur suspendu à l’ auvent du mobile home, était couvert de centaines d'écorchures.
- C'est bien lui, articula Bastard. Il se nomme T. Puranet. C'était un très vieil homme. Je ne comprends pas qu'on ait pu l'écarteler. C'est grotesque! "
La tête haute, il les planta là et se dirigea vers la maison.
- Faites moi porter mes bagages Ramdani, voulez-vous? Je vous attends chez moi. "
Les policiers échangèrent des regards incrédules.

Bastard ouvrit portes et fenêtres. Il brancha un petit radiateur soufflant, s'assit dans un fauteuil sous la chaleur vers le téléphone qu'il s'empressa de décrocher.
- Monsieur T... c'est moi. "
- Je vous écoute. "
- La religieuse est venue ... "
- Je sais! "
- Ce que vous ne savez pas est qu'il est possible qu'il ne s'agisse pas seulement de phénomènes parapsychologiques: les oiseaux ont un curieux comportement. "
- Si vous faites allusion à la mort du gardien, je suis déjà informé. "
Bastard déposa le combiné, fouilla dans la poche de son veston à la recherche de cigarettes, brancha le haut-parleur :
... Les enfants sont quelque part, quelqu'un semble avoir intérêt à… "
La voix de T... devint inaudible. Après plusieurs allô restés sans réponse, Bastard raccrocha.
Il étendit les jambes, fuma paisiblement. Une mouche qu'il trouva léthargique tournoya nonchalamment au-dessous du néon, puis disparut à sa vue. Il eut froid, se leva pour fermer. L'odeur rance de l'humidité s'était estompée ou bien était ce lui qui s'y était accoutumé? Finalement, il brailla:
- Je t'emmerde Monsieur T... "
- Pardon Monsieur le Préfet? "
Ramdani et quelques-uns de ses hommes venaient d'entrer. Bastard se leva:
- Laissez les bagages dans le hall. Apportez-moi le fauteuil s'il vous plaît et libérez vos hommes pour l'instant. "
Ramdani déplia le fauteuil, le fit glisser sur le plancher.
- Le Parquet est arrivé, Monsieur. L'identité judiciaire aussi. "
- Laissez les nous débarrasser du cadavre, allez plutôt dans la cuisine nous chercher deux bières dans le réfrigérateur mural. "

Bastard, en s'y asseyant, vérifia le fonctionnement de son siège.
- Tout va bien, Monsieur? "
- Quais, j'attends la bière, pas celle de mon vieil ami Puranet naturellement. "
Le jeune commissaire disparut. On entendit un moteur se déclencher, s'arrêter, redémarrer. Un lourd silence devint perceptible. Bastard compta trois minutes, il appela.
Toujours le silence. Puis Ramdani, d'une petite voix confuse:
- Il y a un problème, Monsieur. Ma main est coincée dans la porte du réfrigérateur. "
- Je n'y peux malheureusement rien, ne soyez pas ridicule mon ami. "
- J'ai mal Monsieur ... "
- Peut être ferais je quelque chose pour vous si vous me donniez un certain nombre d'informations. "
- Je pourrais appeler ... "
- Et sombrer dans un plus grand ridicule; je doute que le fils de mon vieux camarade Kamel s'y résigne. "
- Vous connaissez mon père? "
- Bastard connaît tout le monde, mon jeune ami, tout le monde! Pendant la guerre d'Algérie, il faillit me convertir à l'islam. J'avais dix ans. Au fait, refuse t il toujours de vivre dans les cités harkis? "
- Oui Monsieur ... J'ai mal! "
- Savez vous pourquoi, jeune homme? "
- Non Monsieur. "
- Eh bien sachez, jeune Ramdani, que c'est par dignité et amour de la France. Son refus de l'assistance et de la marginalisation démontre qu'il n'a pas trahi son Algérie natale. "
- Je répondrai, Monsieur, je vous donne ma parole. "
- Alors cessez de faire l'enfant. Ouverture et fermeture sont électriques, débranchez et rejoignez-moi que nous buvions ces bières. "

Une Bière dans chaque main, Ramdani revint dans le séjour.
- Posez les sur le guéridon sous la fenêtre et apportez moi le tout, je vous prie. "
Il obéit, s'empressa de masser son poignet droit. Bastard le fit asseoir près de lui, là où la lune offrait un pâle rayon de lumière.
- Ne peut-on pas allumer, Monsieur? "
- Non! "
- Où se trouve la fille Monsieur? Les environs ont été fouillés avant votre arrivée. Elle ne saurait être impliquée. "
- Par conséquent, occupez-vous de vos affaires. "
Tout près, une ambulance hurla, un cortège de voitures s'ébranla. "
- Puis-je y aller Monsieur? "
- Oui, mais seulement pour leur dire que vous resterez cette nuit pour ma protection. "

Lorsqu'il revint, Bastard était debout près de l'interrupteur. Les bières étaient vides. Le ronflement irrégulier des moteurs s'éloignait.



H. VARIO-NOUIOUA







Flashback :
< >

Mercredi 2 Avril 2008 - 00:00 Sans domicile fixe

Mardi 4 Décembre 2007 - 22:11 Les enfants des ténèbres -34-

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville







Partageons sur FacebooK
Petites annonces