Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub        pub

Consultez nos voyants, marabouts, mediums
soyez-y!

Europe
22/04/2021 - 15:13

Les partisans d'Alexei Navalny lancent un dur défi à Poutine

Des dizaines de milliers de Russes ont manifesté mercredi pour protester contre le traitement réservé par le Kremlin à son ennemi juré Alexei Navalny, dans ce qui s'est avéré être un dur défi à Vladimir Poutine.



M. Navalny, 44 ans, a entamé une grève de la faim qui dure depuis 22 jours, ses partisans affirmant qu'il est à la limite de la vie et de la mort.

Les rassemblements organisés en son nom se sont déroulés dans tout le pays, de l'océan Pacifique à la mer Baltique. Les taux de participation les plus impressionnants ont été enregistrés dans les deux capitales de la Russie, Saint-Pétersbourg et Moscou.

Les partisans de M. Navalny ont estimé leur nombre à plusieurs dizaines de milliers. Conformément à la tradition, les autorités ont donné un chiffre beaucoup plus bas - 14 000. Le chiffre probable se situe quelque part entre les deux, mais il est aussi nettement inférieur aux 465 000 personnes qui s'étaient inscrites sur le site de campagne de M. Navalny.

Les conditions préalables à la manifestation étaient peu propices, les autorités ayant fait monter les enchères dans les jours et les heures qui ont précédé. Outre la promesse d'une répression sans merci, les données personnelles de ceux qui se sont inscrits ont été divulguées en ligne. De jeunes militants ont reçu la visite d'officiers de police les avertissant de ne pas participer.

Des associés clés de Navalny ont également été arrêtés le jour même. Lyubov Sobol, avocate de la fondation anticorruption de M. Navalny, a été traînée hors d'une voiture vers 10 heures du matin. Kira Yarmysh, son attachée de presse, a suivi une heure plus tard et a été emprisonnée pendant 10 jours pour avoir soi-disant enfreint les ordres d'assignation à résidence.

En fait, les pires craintes d'une répression des manifestations ne se sont pas concrétisées. Les ONG estiment le nombre d'arrestations à plus de 1 000, un chiffre qui risque d'augmenter. Les arrestations, souvent violentes, ont été nombreuses à Saint-Pétersbourg, où l'on a signalé l'utilisation d'armes paralysantes. Mais le nombre d'arrestations à Moscou était inférieur de plusieurs ordres à celui des rassemblements précédents.

Là-bas, les foules semblent être encouragées par leur nombre. Elles se chantent des chansons anti-Poutine de plus en plus radicales. Poutine était un voleur, criaient-ils, et c'était un meurtrier.

"Poutine vor, ne muzhik, dengi vyvez v Gelenzhik !" (Poutine est un voleur, il n'est pas fait de bœuf, il a emporté notre argent dans son palais à Gelendzhik !). 

La foule a fait plusieurs tentatives audacieuses pour s'approcher de la place de la Loubianka, l'endroit sensible où se trouve le siège du FSB, l'agence de sécurité russe très redoutée, et les architectes apparents de l'empoisonnement au gaz neurotoxique de M. Navalny en août.

Les autorités, cependant, ont clairement indiqué qu'elles n'accueilleraient pas favorablement cette évolution et ont coupé les voies d'accès à la place avec plusieurs lignes de policiers anti-émeutes.

Les manifestations ont attiré le plus large éventail possible de la société russe, des étudiants, traditionnellement fidèles à M. Navalny, aux hommes d'affaires et aux retraités.

Yuri Zukbov, 72 ans, directeur de théâtre à la retraite, a déclaré à The Independent qu'il avait dû lutter contre la peur avant de décider d'assister à la manifestation. C'était le genre de peur qu'il se souvenait avoir vu dans les yeux de son père, dit-il, "quand Staline était encore au pouvoir".

À l'époque comme aujourd'hui, il y avait des gens qui aimaient un tyran "meurtrier", a-t-il ajouté.

M. Zubkov a déclaré qu'il n'était pas un partisan naturel de Navalny et qu'il n'appréciait pas ses déclarations nationalistes passées. Mais il a été convaincu par ses récentes actions "héroïques", en retournant, après son empoisonnement aux agents neurotoxiques, sur la terre de ses assassins potentiels.

"Il fait une grande et bonne chose pour la Russie et nous devons le protéger des bandits du Kremlin", a-t-il déclaré. 

Plusieurs associés de Navalny ont également réussi à échapper aux autorités pour se rendre auprès de la foule dans le centre de Moscou. Peu avant 20 heures, heure locale, la femme de M. Navalny, Julia, et son frère Oleg ont rejoint la manifestation sous les acclamations des manifestants.

Vladimir Kara-Murza, un proche collaborateur du leader de l'opposition assassiné Boris Nemstov, était également présent.

Il a déclaré à The Independent qu'il était "stupéfait" par le nombre de personnes présentes. Tous avaient risqué d'être arrêtés pour exiger que M. Navalny reçoive un traitement médical approprié, a-t-il déclaré.

"En deux décennies, Poutine a réussi à prendre le contrôle de presque tout dans ce pays - le parlement, les élections, les médias", a-t-il déclaré. "La seule chose qu'il ne contrôle pas, ce sont les esprits libres". L'activiste a déclaré qu'il ne doutait pas que Poutine essayait de tuer son principal opposant "au ralenti" après un premier essai raté avec le Novichok. Il semble que M. Kara-Murza lui-même ait eu ses propres démêlés avec l'agent neurotoxique, ayant été neutralisé à deux reprises par des substances toxiques inconnues à Moscou dans des circonstances mystérieuses.

Une enquête menée par les chercheurs en code source libre Bellingcat a montré que l'associé de Nemstov était suivi par les mêmes employés de la sécurité d'État que M. Navalny avant son empoisonnement. Son rôle dans l'élaboration de la "loi Magnitski", une législation visant les fonctionnaires russes corrompus, pourrait bien avoir fait de lui une cible.

Comme M. Navalny, M. Kara-Murza est rentré en Russie pour continuer à faire campagne malgré les dangers évidents. Il a déclaré qu'il ne craignait pas d'être arrêté et, au vu de la journée de mercredi, ses compatriotes non plus.

Victor Delhaye-Nouioua



Lu 111 fois






Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest