Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
05/03/2021 - 14:38

Les ravisseurs "libèrent" près de 300 écolières au Nigeria

Des hommes armés ont libéré les 279 filles enlevées dans un pensionnat la semaine dernière, a déclaré le gouverneur de l'État de Zamfara au Nigeria. Les filles ont été enlevées vendredi du Government Girls Junior Secondary School (GGSS) dans la ville de Jangebe. Selon les premières informations, 317 filles auraient été enlevées de l'école par un gang armé.



Plusieurs ont réussi à s'échapper dans la brousse au moment de l'enlèvement, tandis que le reste des filles a été libéré mardi matin. Selon les rapports, des centaines de filles portant des hijabs bleus ont été vues assises au bureau du gouvernement de l'État à Gusau. Certaines n'avaient que 10 ans mais semblaient calmes alors qu'elles étaient escortées vers des fourgonnettes.

Le gouverneur de l'État de Zamfara, Bello Matawalle, a partagé un message sur Twitter disant "Alhamdulillah ! [Dieu soit loué] Cela me réjouit d'annoncer la libération des étudiants du GGSS Jangebe enlevés en captivité. Cette libération fait suite à l'élimination de plusieurs obstacles à nos efforts. J'enjoins tous les Nigérians bien intentionnés à se réjouir avec nous car nos filles sont maintenant en sécurité". Lorsque l'enlèvement en masse a eu lieu, les hommes armés ont également attaqué un camp militaire et un point de contrôle près de l'école - empêchant les soldats de répondre initialement à l'enlèvement, a rapporté Associated Press. Cependant, l'armée et la police ont depuis mené une opération de sauvetage.

La nation africaine a été la cible de plusieurs attaques et enlèvements ces dernières années, notamment par le groupe djihadiste Boko Haram, qui s'oppose à l'éducation occidentale. Parmi les enlèvements massifs récents, six membres du personnel et huit parents ont été enlevés le 17 février au Collège scientifique gouvernemental de Kagara, dans l'État du Niger. Ils ont été libérés depuis. 

En décembre, plus de 300 garçons d'une école secondaire de Kankara, dans le nord-ouest du pays, ont été enlevés, puis libérés.

Lors de l'enlèvement le plus notoire du pays, 276 filles ont été enlevées par Boko Haram en avril 2014, ce qui a conduit à une campagne lancée pour leur libération par Michelle Obama, alors première dame des États-Unis. Des groupes armés, connus localement sous le nom de bandits, enlèvent souvent des étudiants pour obtenir une rançon.

La semaine dernière, le président Muhammadu Buhari a déclaré que le gouvernement nigérian "ne succomberait pas au chantage des bandits et des criminels qui prennent pour cible des élèves innocents dans l'espoir de recevoir une rançon importante".

Il a appelé les gouvernements des États à suivre cet exemple et à revoir leur politique de paiement des rançons aux bandits afin d'obtenir la libération des écoliers, car cela "pourrait avoir un effet désastreux".

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest