Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
15/09/2009 - 13:50

Libération du reporter qui avait lancé ses chaussures sur Bush

Mountazar al-Zeidi, le journaliste irakien qui avait lancé sans l'atteindre en décembre dernier ses chaussures au visage de George W. Bush, a été remis en liberté ce mardi, un juge ayant finalement signé les documents nécessaires à son élargissement, a annoncé un de ses frères.



Oudaï al-Zeidi a précisé que son frère a quitté la caserne de l'armée irakienne dans le centre de la capitale où il était incarcéré depuis neuf mois. Al-Zeidi est sorti de sa prison aux côtés de plusieurs parlementaires irakiens.

Al-Zeidi devait recouvrer la liberté lundi mais cette libération avait été retardée en raison de problèmes administratifs, a précisé Me Karim al-Shujairi.

La famille du journaliste âgé de 30 ans s'est rassemblée dans la familiale à Bagdad où le journaliste devrait être accueilli en héros. Après avoir attendu pendant plus de cinq heures, son frère Dargham avait annoncé avoir reçu un coup de fil d'Al-Zeidi l'informant du fait qu'il ne pourrait pas être libéré avant mardi en raison des retards pris par la procédure administrative.

Al-Zeidi, qui bénéficie selon son avocat d'une libération anticipée pour bonne conduite, avait été condamné le 12 mars dernier à Bagdad à trois ans de prison pour agression contre un dirigeant étranger. La peine a été ramenée par la suite à un an d'emprisonnement en raison de son absence d'antécédents judiciaires.

Le 14 décembre 2008, lors d'une conférence de presse conjointe à Bagdad du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki et de George W. Bush, alors président des Etats-Unis, Mountazar al-Zeidi avait eu le temps de lancer ses deux chaussures, l'une après l'autre vers le chef de la Maison Blanche, avant d'être violemment plaqué au sol par les services de sécurité.

"Voilà ton baiser d'adieu, espèce de chien!", avait crié en arabe le journaliste à l'adresse du président américain qui avait dû esquiver les souliers. "C'est pour les veuves, les orphelins et ceux qui ont été tués en Irak".


Source : Associated Presse via Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces