Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 

L'Economie en temps réel et en continu
11/02/2009 - 17:06

Malmené, le secteur agroalimentaire résiste

La publication des premiers résultats 2008 des géants de l'agroalimentaire montre que le secteur semble résister, même si les taux de croissance marquent le pas.



Malmené, le secteur agroalimentaire résiste
Unilever a annoncé un bénéfice net en hausse de 28 %, à 5,29 milliards d'euros, Kellogg's a gagné 4 %, à 1,15 milliard de dollars (888 millions d'euros) et Kraft 12 %, à 2,9 milliards de dollars.

Danone a publié, mercredi 11 février, un bénéfice net à 1,3 milliard d'euros, contre 4,2 milliards en 2007. Ce recul s'explique par le fait que le résultat précédent s'affichait en hausse de 300 %, grâce à la vente pour 3 milliards d'euros de son pôle biscuits. Le chiffre d'affaires 2008 enregistre, lui, une hausse de 8,4 %, à 15,2 milliards. Danone prévoit une année 2009 'sans amélioration ni effondrement significatif' de la consommation.

Les multinationales le savent, la crise pourrait les mettre à mal. 'Les ventes sont plus sécurisées que dans d'autres secteurs, mais en cas de difficultés, les ménages peuvent réduire leurs achats somptuaires et se rabattre sur des produits essentiels', explique Laurent Bonhoure, de l'assureur-crédit Euler Hermes.

'Cela se voit dans les résultats. Le secteur a subi deux chocs de consommation en 2008', remarque Valérie Gadon, de Groupama. Dans les pays occidentaux, les acheteurs ont réagi à la hausse des prix liée à celle des cours agricoles, puis à la crise.

L'objectif est d'éviter que les consommateurs continuent de se tourner vers les marques de distributeurs (MDD). 'Comme pour les spiritueux ou la cosmétique, la 'premiumisation' est remise en question. Il y a un nouveau virage à négocier et la réactivité des uns et des autres fera la différence', estime Mme Gadon. 'Tout va dépendre du budget des ménages', juge Gérard Moulin, de Delubac.

Les groupes ont deux possibilités : lancer des produits innovants - mais l'environnement n'est pas porteur - ou des produits standards qui concurrencent les MDD. Question rentabilité, ce pari n'est pas si risqué, car ces derniers sont moins coûteux. Est-ce un signe ? En moins de six mois, Danone a annoncé la suspension de la commercialisation d'Essensis, son 'yaourt-cosmétique', et a lancé un pack de yaourts à bas prix.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Partageons sur FacebooK