Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Afrique et Moyen-Orient
20/05/2009 - 19:56

Monaco classe sans suite une enquête sur Edith Bongo

Le parquet de Monaco a classé sans suite une enquête sur les comptes bancaires détenus dans la principauté par Edith Bongo, l'épouse décédée du président du Gabon, apprend-on de source proche du dossier.



Deux comptes, sur lesquels étaient déposés au 27 avril environ 2,4 millions d'euros, ont été découverts après une enquête ouverte sur plainte de l'association Sherpa, qui lutte contre la corruption en Afrique, selon un courrier envoyé par le parquet monégasque le 15 mai dont Reuters a eu connaissance.

Ces deux comptes ont été ouverts en mars 1998 à la Banque populaire de la Côte d'azur et à la banque Pasche en août 1998.

Les seuls mouvements enregistrés sont deux chèques débités de ces comptes en 2001 de 30.514 euros chacun, précise le parquet, qui refuse d'ouvrir l'enquête pour recel de détournements de fonds publics réclamée par Sherpa.

"Les investigations n'ont pas permis de caractériser pénalement, au regard de la législation monégasque, les faits à l'origine des dépôts initiaux", dit le procureur général dans ce courrier adressé à Me William Bourdon, avocat de Sherpa. "Je suis conduit à procéder au classement de cette procédure", ajoute-t-il.

Edith Lucie Bongo, fille du président congolais Denis Sassous Nguesso, est morte le 14 mars. Le président Omar Bongo et sa famille possèdent en France, selon une enquête de police de 2007, 398 propriétés et 70 comptes bancaires.

Une juge d'instruction française a accepté fin avril une demande d'enquête pour "recel de détournement de fonds publics" sur ces biens, mais le parquet a fait appel.



Source: Reuters via Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK