Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Sénégal d'Aujourd'hui
04/07/2009 - 14:35

Naissance du Nouveau Parti de Wade

A la question de savoir si Wade doit tuer le PDS, et faire renaître un grand parti de ses cendres, beaucoup de cadres libéraux répondent par l’affirmative. Certains d’entre eux, allant jusqu’à signifier que c’est la seule condition possible de continuer à gouverner et de graviter légitimement autour la galaxie wadienne, en même temps, quoique l’affaire se montre bien difficile, avec les départs successifs de plusieurs ténors.



A celle de savoir si la machine a été mise en branle pour l’exécution d’un tel projet, des voix s’élèvent de plus en plus pour soutenir que c’est fait depuis belle lurette, et qu’à présent, ne restent que les modalités d’ordre pratique. Comme la formation du futur staff dirigeant et de son chef, et la délicate question du repositionnement de Idrissa Seck qui devra se faire à l’idée de travailler avec Karim.

Depuis quelques jours cependant, des activités fébriles tous azimuts notées çà et là, confortent dans l’idée de l’immanence de la chose (qui pourrait se faire avant décembre prochain )Des activités auxquelles on peut associer l’exposition de Karim Wade au grand jour qui s’est faite tout le mois dernier et le début de ce mois, dont on peut retenir les visites de proximité à outrance, même dans les rangs de l’opposition, mais aussi des sorties toujours très appuyées de son équipe technique, dont notre confère Cheikh Diallo, omniprésent sur tous les fronts, semble être l’instigateur.

C’est ainsi que de plus en plus, ce journaliste attitré de Karim théorise la naissance d’un vaste mouvement populaire basé essentiellement sur l’idéal politique et le néo-réalisme de Me Abdoulaye Wade.Par ce que pour lui, au Pds, aucun renouvellement n’a été dignement opéré depuis 1996, aucune instance ne fonctionne régulièrement ; à commencer par son Comité Directeur, ses Cadres libéraux, ses Femmes libérales, ses Jeunesses libérales, ses Fédérations et autres sections. D’où, nécessairement une refondation pour mieux préparer les échéances de 2012, dans la mesure où le Sopi ne devrait plus être le seul sigle vendeur et vendable.

Pour le conseiller de Karim, il faudrait donc enterrer le Pds de sa belle mort, pour ensuite le ressusciter sous forme d’un vaste « Mouvement Populaire » allant des libéraux « pure laine », aux libéraux de circonstance, en passant par les libéraux communistes, les libéraux socialistes, les libéraux progressistes, les libéraux marxistes, les libéraux républicains, les libéraux patriotes, etc. Cette « Alliance Populaire » intégrerait dans sa dynamique interne, la régularisation, l’officialisation et la codification des tendances, courants et mouvements de pensée ; tout en fouettant les énergies endormies et en dopant les ardeurs militantes, sous l’œil vigilant du « Grand Patron », arbitre des élégances partisanes et des concurrences libres, sincères et transparentes.

Wade dans tout cela ? Il serait dans une dynamique d’éloignement de la quotidienneté de la gestion partisane, avec le dessein de consolider définitivement sa stature en Afrique et dans le monde. S’il devient Président d’honneur de son parti ou d’une « Union Populaire » ajustée sur les fondements du PDS, s’il choisit la patrie au profit du parti, ses pairs pourraient difficilement lui offrir une concurrence de qualité sur la scène africaine. Ainsi donc, il restera l’homme d’une cause, d’une grande cause : celle de la consolidation démocratique en Afrique. De Nouakchott à Antananarivo en passant par Dakar, Bissau, Conakry, Abidjan, Ndjamena et le Darfour, il devra rester « le » pivot essentiel.

Pour bien aimer un parti, il faut l’aimer modérément.

Peut-on être plus clair ? En réalité, si tout l’argumentaire brandi par Diallo pour une grande restructuration du Pds repose sur le départ de Wade et la rupture d’avec les méthodes d’avant, il n’en demeure pas moins qu’il se fait une idée précise de celui qui doit lui succéder. Pour étayer, il interpelle amicalement ses amis Jean-Paul Dias, Pape Diop, Alioune Badara Niang, Djibo Kâ, Souleymane Ndéné Ndiaye, Iba Der Thiam, Mamadou Seck, Cheikh Tidiane Gadio, Madické Niang, Lamine Bâ, Karim Wade, Ousmane Ngom, Macky Sall, Idrissa Seck, Abdou Fall, Mbaye Jacques Diop, Pape Samba Mboup, Doudou Wade, Abdourahim Agne, Aliou Sow, Babacar Gaye, Modou Diagne Fada, Oumar Sarr, Aminata Tall Ousmane Masseck Ndiaye, Samuel Sarr, Abdoulaye Baldé, Moustapha Guirassy, Thierno Lô, Habib Sy, Cheikh Tidiane Sy, Awa Ndiaye, Moustapha Diakhaté, Khouraïssy Thiam, Baïla Wane, Serigne Mbacké Ndiaye, Aïda Mbodj, Abdoulaye Faye, Farba Senghor, Mamadou Lamine Keïta, Awa Diop,Yatma Diaw, Abdoulaye Babou, El Hadj Diouf et Mamour Cissé, entre autres…..

Qu’il invite à poser le débat et à entamer la réflexion en profondeur, sans passion innocente et sans faiblesse coupable, par ce qu’il est étant intimement persuadé que Me Abdoulaye Wade devrait rapidement préparer son parti à se passer de sa personne.


Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces