Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 

Asie & Extrême Orient
15/04/2009 - 17:12

Nuit calme à Bangkok

Les rues de Bangkok étaient calmes et la présence militaire réduite mercredi à Bangkok au lendemain de la fin du siège des partisans de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra devant le siège du gouvernement.



La police a déclaré que des mandats d'arrêt avaient été diffusés à l'encontre de Thaksin, icône en exil du mouvement des "chemises rouges", et de 13 meneurs du Front pour la démocratie contre la dictature, pour violation des règlements de l'état d'urgence, imposé dimanche dans Bangkok et ses environs.

Le porte-parole de l'armée, le colonel Sansern Kaewkamnerd, a déclaré mardi soir que plusieurs centaines de protestataires ne portant pas de "chemises rouges" s'étaient rassemblés à Sanam Luang, une esplanade proche du palais royal, et avaient été dispersés dans le calme avant minuit.

La police a indiqué qu'une centaine de policiers était encore présente dans ce secteur mercredi.

Les "chemises rouges", qui réclament la démission d'Abhisit, sont parvenues à empêcher la tenue, ce week-end à Pattaya, du sommet de l'Asean élargi, obligeant les hôtes étrangers du pays à quitter la station balnéaire à bord d'hélicoptères.

Lundi, les manifestants, qui campaient à Bangkok depuis trois semaines devant le siège de l'exécutif, ont provoqué des violences à un grand carrefour de la capitale.

L'armée est intervenue sans faire couler le sang et est parvenue à isoler les "chemises rouges" qui avaient dressé des barricades et incendié des bus. Ces violences se sont soldées par deux morts, victimes de heurts entre manifestants et habitants de la capitale, et quelque 120 blessés.



Source: Yahoo News


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK