Sommaire
Afrique et Moyen-Orient
12/06/2009 - 15:35

Présidentielle en Iran: ouverture des bureaux de vote

Au terme d'une campagne animée, les Iraniens ont commencé à voter ce vendredi à partir de 5H30 GMT, pour une élection présidentielle à forts enjeux, alors que les relations diplomatiques se sont tendues avec Téhéran.



Le réformateur Mir Hosein Mousavi se retrouve en première ligne face au sortant Mahmoud Ahmadinejad.

Quelques 46 millions d'Iraniens sont appelés à voter jusqu'à 15H30 GMT dans plus de 45.000 bureaux. Les premiers résultats sont attendus dans la soirée. Le scrutin vient clore une campagne agitée, qui a culminé cette semaine, lors des derniers meetings de campagne des deux principaux candidats, où se sont massées plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Le programme nucléaire suspect de l'Iran apparaît comme l'un des enjeux de l'élection. Le futur président devra en effet répondre à la proposition de dialogue faite par Barack Obama, après 30 ans de gel des relations diplomatiques entre les deux pays. A Washington, les événements sont observés avec prudence mais on ne croit pas à une possible métamorphose de la politique iranienne, les mollahs -au premier rang desquels le Guide suprême, Ali Khamenei- détiennent en fait le mot de la fin sur les principaux dossiers.

Une victoire de Mir Hosein Mousavi, plus enclin à une ouverture vers l'Occident, pourrait toutefois changer l'image de l'Iran sur la scène internationale. Agé de 67 ans, cet ancien Premier ministre, de 1981 à 1989 -il est le dernier à avoir occupé le poste avant sa suppression- a vu sa campagne décoller dans la dernière ligne droite, grâce à une stratégie résolument moderne, qui lui a permis d'obtenir le soutien des jeunes.

La campagne joyeuse et vivante, menée par ses jeunes partisans, a rappelé en certains points celle de l'ancien président Mohammad Khatami et ravivé les espoirs des réformistes, désireux de plus de libertés et d'ouverture vers l'Occident.

Signe de l'ampleur prise par le "mouvement vert" de Mousavi, les Gardiens de la Révolution (pasdaran) ont prévenu mercredi que les autorités iraniennes étoufferaient toute tentative de "révolution", inspirée des mouvements démocratiques populaires dans d'autres pays.

Dans un communiqué mis en ligne sur le site Internet des pasdaran, leur chef Yadollah Javani a fait le parallèle entre la campagne de Mousavi et la "Révolution de velours", qui avait conduit au renversement du gouvernement communiste en Tchécoslovaquie en 1989. "Certains mouvements extrémistes (réformistes, NDLR) ont mis en place une révolution colorée (...) utilisant une couleur spécifique pour la première fois lors d'une élection", a-t-il affirmé.

Yadollah Javani a qualifié la campagne de Mousavi de "signe du coup d'envoi d'un projet de révolution de velours, lors des élections présidentielles" et a annoncé que "toute tentative" de révolte serait "tuée dans l'œuf". Il a ainsi mis en garde contre tout mouvement de contestation organisée après le scrutin, en cas de défaite vendredi.

Candidat des ultra-conservateurs, Mahmoud Ahmadinejad bénéficie, quant à lui, du soutien des mollahs, de l'entourage de l'ayatollah Ali Khamenei et des Gardiens de la révolution. Agé de 53 ans, cet ancien gouverneur des provinces d'Ardabil et de Makou (nord-ouest) avait été élu en 2005 en promettant augmentations, aides aux régions agricoles et sécurité sociale. Mais il est aujourd'hui accusé par l'opposition de n'avoir rien fait pour améliorer la situation économique, ainsi que d'avoir porté atteinte à l'image du pays à l'étranger, par ses provocations répétées et ses déclarations antisémites.

Alors que Mousavi et le ministère de l'Intérieur ont encouragé jeudi les électeurs à rapporter toute fraude électorale, les Basidji, une milice paramilitaire liée aux Gardiens de la révolution, qui avait aidé à la victoire d'Ahmadinejad en 2005, ont, de leurs côtés, appelé à voter contre les ennemis de l'Islam, faisant clairement référence aux Etats-Unis.

"Le peuple iranien va choisir quelqu'un qui résistera aux coups des arrogants et qui défendra les intérêts de l'Iran dans le monde", a déclaré le mouvement, selon l'agence officielle IRNA.

Face aux deux principaux candidats, deux autres hommes sont en lice: Mehdi Kerroubi, le seul religieux en lice et ancien président du Parlement; Mohsen Rezaï, un autre candidat conservateur et commandant des Gardiens de la Révolution de 1981 à 1987. S'ils ne semblaient pas en mesure de l'emporter, leurs candidatures pourraient tout de même jouer un rôle dans l'éparpillement des voix et donc influencer directement le résultat final.

Il faut rappeler que 'Iran compte 70 millions d'habitants.



Source: Asssociated Presse via Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn