Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
23/01/2009 - 13:49

Rwanda- Le chef rebelle congolais Laurent Nkunda arrêté


Kinshasa- Laurent Nkunda a été interpellé, hier soir au Rwanda, par l'armée de Kigali. L'ancien général congolais était à la tête d'une rébellion tutsi qui affrontait depuis 2004 les autorités de Kinshasa.



Le général rebelle tutsi congolais Laurent Nkunda a été capturé jeudi soir au Rwanda après avoir tenté de résister aux forces rwandaises et congolaises dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), annonce le commandement de l'opération militaire conjointe.

Kinshasa s'est félicité de cette arrestation et a réclamé l'extradition de Nkunda vers la RDC.

Un porte-parole de l'armée rwandaise, Jill Rutaremara, a déclaré que Nkunda était détenu dans la localité de Gisenyi par les autorités rwandaises.

L'arrestation du général renégat, qui dirigeait une rébellion dans l'est de la RDC depuis 2004, est intervenue dans le cadre de l'opération conjointe menée par les troupes de Kigali et de Kinshasa contre les rebelles hutus rwandais retranchés dans l'est de la RDC.

"Le commandement des opérations conjointes (...) informe le public que l'ex-général Laurent Nkunda a été arrêté jeudi 22 janvier à 22h30 alors qu'il fuyait en territoire rwandais après avoir résisté à nos troupes avec trois bataillons à Bunagana", ont dit les forces armées dans un communiqué. Bunagana est une ville congolaise située à la frontière avec l'Ouganda, dans la province du Nord-Kivu.

Un collaborateur de Nkunda, Jean-Désiré Muiti, a contesté les circonstances de son arrestation, expliquant que le chef des rebelles s'était rendu jeudi soir au Rwanda après y avoir été appelé pour des consultations.

Un contingent de 3.500 soldats rwandais est entré mardi en RDC dans le cadre d'un accord avec le gouvernement de Kinshasa pour tenter de désarmer l'insurrection hutue des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Ce mouvement né après le génocide de 1994 au Rwanda est largement considéré comme le principal instigateur de l'instabilité qui mine la région depuis plus d'une décennie, notamment en raison de sa rivalité avec l'insurrection conduite par Nkunda.

Les guerres, les rébellions et autres violences ethniques ont fait plus de cinq millions de morts en RDC depuis 1998, et empêché tout développement économique de l'ancienne colonie belge, dont le sous-sol est riche en minerais comme le cuivre, le cobalt, le coltan, l'or et l'uranium.

Le général renégat avait justifié l'offensive lancée par son Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) en octobre dans l'est de la RDC par la nécessité de se défendre contre les FDLR. Plus de 250.000 personnes avaient dû fuir ces combats dans la région orientale du Nord-Kivu. La semaine dernière, les chefs militaires du CNDP, emmenés par le général Bosco Ntaganda, avaient annoncé un cessez-le-feu avec les forces gouvernementales après avoir rompu avec Nkunda.

Le commandement conjoint rwando-congolais de l'opération militaire en cours appelle les combattants tutsis fidèles à Nkunda à poser les armes et à intégrer l'armée régulière de RDC. L'opération conjointe marque une coopération sans précédent entre Kigali et Kinshasa après des années de suspicion mutuelle et d'hostilité. Elle fait suite aux pressions exercées par la communauté internationale pour que cesse la situation de conflit prévalant depuis une douzaine d'années dans l'est de la RDC.

Le gouvernement du président congolais Joseph Kabila s'est félicité de l'arrestation du général et a réclamé au Rwanda son extradition vers la RDC.

"Nous sommes très heureux de l'arrestation du général Laurent Nkunda. Nous demandons au gouvernement rwandais de respecter le droit international et d'extrader le général Nkunda vers le Congo", a déclaré le ministre congolais de l'Agriculture Norbert Kantitima, qui se trouvait à Goma au sein d'une délégation ministérielle.

Les autorités de Kinshasa et des organisations internationales de défense des droits de l'homme accusent Nkunda et ses combattants de crimes de guerre - dont des massacres, des viols et la pratique du recrutement d'enfants soldats.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate






Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK