Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
29/06/2009 - 18:30

Saad Hariri veut former un gouvernement d'union au Liban

Saad al Hariri, désigné samedi dernier comme Premier ministre par le président libanais Michel Souleïmane, veut former un gouvernement d'union nationale mais n'a pas caché la difficulté de la tâche.



Son père Rafic, qui avait également dirigé le gouvernement libanais, a été assassiné le 14 février 2005 à Beyrouth, un attentat qui avait conduit au retrait des forces syriennes du pays.

"Conformément à nos engagements de campagne sur la création d'un gouvernement d'union nationale où tous les principaux groupes parlementaires sont représentés (...), nous allons commencer nos consultations avec tous ces groupes", a dit Saad Hariri après avoir rencontré le chef de l'Etat.

"Nous savons que le chemin vers ce but est semé d'embûches, peut-être encore plus nombreuses que ce qui paraît, ce qui n'est pas peu dire", a ajouté le Premier ministre désigné.

Hariri, 39 ans, a souligné que ce qui était en jeu, bien plus que la formation d'un gouvernement et la distribution de portefeuilles, c'était le destin même du Liban dans cette période critique pour le Proche-Orient.

Vendredi, il avait obtenu le soutien d'une majorité des députés pour occuper le poste de Premier ministre, réservé à un sunnite - 86 élus sur 128.

Les députés du Hezbollah chiite et leurs alliés chrétiens partisans de Michel Aoun ne lui ont pas apporté leurs voix. Seuls quinze des 57 élus d'opposition de l'Alliance du 8-Mars, groupée autour du Hezbollah, ont voté pour Hariri.

Le Hezbollah et son allié Aoun ont été battus par l'Alliance du 14-Mars, la coalition pro-occidentale d'Hariri, aux législatives du 7 juin.

Le mouvement chiite pro-iranien s'est toutefois dit prêt à coopérer à la formation d'un gouvernement emmené par Saad Hariri.

Ce dernier a rencontré dans la nuit de jeudi à vendredi Hassan Nasrallah, le chef de file du Hezbollah.

Les deux hommes, selon un communiqué commun, "ont convenu de poursuivre les discussions dans l'atmosphère calme et positive qui prévaut actuellement et souligné la logique du dialogue, de la coopération et de l'ouverture".

Le Hezbollah avait un moment appelé à la formation d'un gouvernement d'union nationale avec un droit de veto pour son alliance minoritaire, mais il n'a pas réitéré cette demande, rejetée par Hariri, depuis l'élection.

Bien que sa coalition, qui a les faveurs de Ryad et de Washington, dispose d'une majorité suffisante pour le désigner, Hariri a souhaité obtenir l'appui de ses puissants rivaux soutenus par la Syrie afin d'assurer la stabilité de son futur gouvernement.

Au lendemain des élections, il a proposé d'ouvrir un nouveau chapitre et de mettre entre parenthèses l'épineuse question du désarmement du Hezbollah.

Le mouvement, qui figure sur la liste américaine des organisations terroristes, combat les forces israéliennes depuis le début des années 1980. Il a livré en 2006 une guerre de 34 jours à Israël au cours de laquelle 1.200 personnes ont été tuées au Liban et 160 en Israël.

La rencontre entre le futur Premier ministre et Hassan Nasrallah visait à désamorcer les tensions entre sunnites et chiites qui ont conduit le Liban au bord d'une nouvelle guerre civile, l'an dernier, lorsque des combattants du Hezbollah ont chassé les partisans de Saad Hariri de Beyrouth et des montagnes de l'Est.

Un accord parrainé par le Qatar a mis fin à la crise en mai 2008 mais les tensions intercommunautaires se sont à nouveau exacerbées à l'approche des élections.


Source: Reuters via Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise